Retour à la page d'accueil
BonnePersonne.org    

Matériels évangéliques en français!      

 
Traités virtuels
  • BonnePersonne.com
  • BonnePersonne.net
  • Entretien avec Dieu
  • trouverDieu.com
  • Documents (français)
  • Le secret le mieux gardé
        de l'enfer
  • Vrai ou fausse conversion
  • Comment utiliser
        efficacement la loi
  • Les dix commandements
  • Livres (français)
  • La Voie du Maître
  • Pourquoi le christianisme?
  • Audio (mp3)
  • Le secret le mieux gardé
        de l'enfer
  • Vrai ou fausse conversion
  • Autres Documents
  • Résultats du sondage
  • Autres langues
  • Acheter traités évangéliques
  • Living Waters Canada
  • Liens (anglais)
  • Online Comic Tract
  • Are You a Good Person?
  • Way of the Master
  • Living Waters Canada
  • Living Waters USA
  • Ambassador's Alliance
  • School of Biblical Evangelism
  • Revival's Golden Key (pdf)
  • Other Languages
  • Contactez-nous
    info@BonnePersonne.org

    Traités évangéliques français
    Million du Quebec
    Billet d'un million du Québec
    (100 par paquet)

    Êtes-vous une bonne personne?
    Êtes-vous une bonne personne?
    (100 par paquet)

    Utiliser cette page
    comme page de démarrage
    Ajouter cette page
    à vos favoris
      Dites-le à un ami
    Vrai ou fausse conversion

     

    Vrai ou fausse conversion



    Ray Comfort

    Traduit par Living Waters Canada

     

    Ce soir, par la grâce de Dieu, je veux partager un enseignement avec vous intitulé Vrai ou fausse conversion. C’est un enseignement très sérieux, et je crois qu’il est essentiel pour l’église contemporaine.

     

    J’ai aussi un enseignement qui s’appel Le secret le mieux gardé de l’enfer, qui explique l’utilisation de la Loi dans l’évangélisation. En effet, la Loi de Dieu, c’est-à-dire les Dix Commandements, est au coeur de l’Évangile proclamé par des hommes que Dieu a grandement utilisé, dont Wesley, Moody, Whitfield et Jonathan Edwards. Ils disent que si vous n’utilisez pas la Loi, vous produirez probablement des fausses conversions.

     

    J’ai lu dans le magazine American Horizons, publication officielle d’une dénomination importante aux États-Unis comprenant plus de 11 500 églises, qu’en 1991, durant la première année de ce qu’ils appellent la « décennie de la moisson », ils ont obtenu 294 000 décisions pour le Christ. Malheureusement, ils ne pouvaient seulement trouver que 14 000 de ceux-ci à l’église. Ils ne pouvaient pas trouver 280 000 de ces décisions. Et ce sont des résultats évangéliques modernes normaux pour les rassemblements religieux et les églises locales.

     

    Plusieurs convertis ne désertent pas. Ils sont suivis et encadrés par l’église locale, où ils sont entourés d’une bonne vie sociale. Ils demeurent au sein de l’église avec l’assurance qu’ils sont sauvés alors qu’il n’y a aucune preuve de leur salut, parce que les fruits accompagnant le salut sont absents.

     

    Cette grande tragédie s’est produite parce que nous n’avons pas suivi l’exemple biblique de prêcher la Loi aux orgueilleux et la grâce aux humbles. Chaque fois que nous voyons Jésus s’approcher d’une personne arrogante, fière et qui se croit parfaite, Il lui a donné la Loi avant de lui donner la grâce. Toujours! Avec la Loi, Il casse les coeurs durs, puis Il guérit les cœurs brisés avec l’Évangile.

     

    Pourquoi agit-Il ainsi? Parce qu’Il a toujours fait les choses qui sont agréables au Père. Dieu résiste aux orgueilleux et donne Sa grâce aux humbles.

     

    Nous voyons ça souvent dans les Écritures. Jésus résiste aux orgueilleux et donne Sa grâce aux humbles. Par exemple, Il l’a fait lorsque qu’Il a rencontré le jeune chef riche et lorsqu’un pharisien arrogant, qui se croyait parfait, s’est levé afin de tester Jésus. Lors de ces deux rencontres, Jésus leur a présenté la Loi. Il leur a donné les Dix Commandements. Et lorsque quelqu’un venait vers Lui dans l’humilité en reconnaissant son péché selon la Loi, un juif pieux, alors Il lui donna Sa grâce.

     

    Dans l’épître aux Romains 7:7, Paul dit : « Je n’ai connu le péché que par la Loi. » Charles Finney a dit : « La Loi doit toujours préparer le chemin de l’évangile. »  80% des conversions produites par Finney restaient dans la foi. Il a dit: « La Loi doit toujours préparer le chemin de l’évangile. Si on néglige ce fait quand on instruit les âmes, le résultat sera certainement une fausse espérance, l’introduction d’un faux standard de l’expérience chrétienne, et on remplira nos églises de faux croyants. » Puis, il a ajouté : « le temps mettra ce fait en évidence.»

     

    Voici maintenant une citation de John Wesley pour ceux qui ont négligé d’utiliser la Loi de Dieu dans leur évangélisation: « Tout ceci provient de la plus profonde ignorance de la nature des propriétés et de l’utilité de la Loi, prouvant que ceux qui agissent ainsi, soit qu’ils ne connaissent pas le Christ, qu’ils sont des étrangers à la foi vivante, ou ils sont encore comme des bambins dans la foi, et de ce fait, inexpérimentés dans la Parole de Vérité. »

     

    Martin Luther, dans son commentaire de l’épître aux Galates traitant de la liberté apportée par la Loi de Dieu, mentionne que dans son temps, une secte qui propageait une doctrine de Satan s’est formée. Écoutez ce que cette doctrine était : « Satan, le dieu de toute la dissension, encourage à tous les jours la création de nouvelles sectes. Et dernièrement, celles dont je n’avais jamais prévu ou même suspecté. Il a soulevé un mouvement qui enseigne que les Dix Commandements devraient être enlevés des églises et que les hommes ne devraient pas être terrifiés par la Loi, mais qu’ils devraient plutôt être doucement encouragés par la prédication de la grâce du Christ. »

     

    Il a appelé ça une secte, une nouvelle secte qui est apparue, subtile et satanique, et qu’il n’aurait jamais cru qu’une telle secte pouvait surgir. Il était consterné de voir que les hommes n’utilisaient plus la Loi, mais qu’on exhortait tout doucement les gens à venir au Christ, en prêchant uniquement la grâce, ce qui résume parfaitement les méthodes d’évangélisation modernes.

     

    Charles Spurgeon a dit: « Ils n’accepteront jamais la grâce à moins qu’ils tremblent devant une Loi juste et sainte. » George Whitfield a dit: « C’est la raison pour laquelle nous avons tant de conversions champignons. » C’est-à-dire, qui poussent durant la nuit et qui disparaissent rapidement parce que leur sol pierreux n’a pas été labouré. Ils n’ont pas été condamnés par la Loi. Ils sont les « auditeurs du sol pierreux », des « faux convertis ».

     

    Suite à ces réflexions, regardons maintenant Romains 7:4 : « De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu. »

     

    Dans mon livre Le secret le mieux gardé de l’enfer, j’ai raconté l’histoire d’un automobiliste qui traversait la ville à la vitesse dangereuse de 160 kilomètres-heure. Il était ivre. Il n’y avait aucune loi contre la vitesse excessive dans cette ville. Alors, le conseil municipal de cette ville s’est réuni pour passer une loi établissant la vitesse maximum à 100 kilomètres-heure. Toute personne violant cette loi se verrait imposer une amende de 1000$ pour chaque kilomètre dépassant la vitesse maximale. L’automobiliste traversa de nouveau la ville à une vitesse dangereuse, mais cette fois, il a été arrêté par la loi. Lorsqu’il a comparu en cour, il s’est retrouvé devant son père, qui était le seul juge de cette ville. Il a été trouvé coupable. Il n’avait ni argent, ni paroles pour se défendre, et il ne pouvait pas ramasser les 60 000$ requis pour payer son amende. On l’a donc jeté en prison. Son père est venu le visiter en prison. Il a ouvert la porte et a dit à son fils qu’il avait vendu tous ses biens pour ramasser les 60 000$ pour payé son amende, et qu’il était libre de partir.

     

    Suite à un tel geste d’amour, à un tel sacrifice de la part de ce père, quelle devrait être l’attitude du fils envers la loi? Premièrement, la loi a été satisfaite. Aussitôt que l’amende a été payée, il était libre de partir. Il devrait sourire face à la loi. Le juge peut dire : « Tu es libre », car la loi n’a aucune exigence envers lui, grâce à l’acquittement et au sacrifice de son père. La loi a été satisfaite.

     

    Et quelle est la réaction du fils envers son père? Quel est son comportement? Il est rempli de gratitude pour un tel sacrifice, ému que son père en ait fait autant pour lui malgré sa transgression. Maintenant, il vit pour honorer son père. Il veut vivre selon la volonté de son père.

     

    Écoutez l’attitude du croyant face à la Loi. Romains 7:4, encore une fois, nous dit: « De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi. » Voilà le sacrifice du Père. Le sacrifice qui satisfait la Loi de Dieu. « Christ nous a racheté de la malédiction de la loi, étant devenue malédiction pour nous. » « Vous êtes morts à l’égard de la loi, étant unis au corps du Christ. » La Loi n’a pas d’exigence pour le croyant. « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marche, non selon la chair, mais selon l’Esprit. » « Pour que vous apparteniez à un autre, à Celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu. »

     

    Alors, le véritable croyant porte les fruits d’une nouvelle vie, une vie agréable au regard de Dieu tout-puissant. Si nous sommes enracinés et fondés dans le Christ, cela devrait être évident. Jésus a dit : « Je suis la vraie vigne et mon Père est le vigneron. Celui qui demeure uni à Moi, et à qui Je suis uni, porte beaucoup de fruits. » Colossiens chapitre 1 nous dit que la parole de l’Évangile produit des fruits chez le croyant.

     

    Que veut dire la Bible, précisément, quand elle parle de fruits? Premièrement, il y a le fruit de la repentance (Matthieu 3:8). Zachée a fait plus que verser des larmes. Il a dit: « Voici Seigneur, je donne aux pauvres la moitié de mes biens, et, si j’ai fait tort de quelque chose à quelqu’un, je lui rends le quadruple. » Il connaissait la Loi de Dieu. Il était un juif pieux. C’est ce qui l’a conduit vers le Christ. La Loi a agi comme un professeur qui l’a conduit vers le Christ. Il était un juif humble à cause de la Loi. Zachée a dit: « si j’ai fait tort de quelque chose à quelqu’un, je lui rends le quadruple », ce que la Loi exigeait d’ailleurs.

     

    Je me souviens d’un article que j’ai lu dans un journal, il y a quelques années, au sujet d’un sac en papier brun retrouvé devant la porte d’un magasin, un lundi matin. À l’intérieur, il y avait un pantalon accompagné d’une note : « J’ai volé ceci chez vous vendredi. Je suis devenu chrétien dimanche. Voici le pantalon en ce lundi. Je suis désolé. » C’est ça le fruit de la repentance.

     

    Deuxièmement, le fruit des bonnes œuvres. John Wesley, inspiré par Colossiens 1:10, a dit : « Faites tout le bien que vous pouvez, avec toutes bonnes volontés, de toutes les manières possibles, en tous lieux, envers toutes les personnes que vous pouvez, aussi longtemps que vous le pourrez. »

     

    S’il y a quelqu’un qui a été zélé pour l’évangélisation, c’est bien John Wesley. Il avait un zèle qui s’est répandu à travers le Royaume-Uni de long en large. C’est pourquoi il disait : « Faites tout le bien que vous pouvez », parce qu’il a vu dans la Bible que les bonnes œuvres sont un outil légitime pour l’évangélisation.

     

    À cause de ce qui est arrivé avec quelques organisations évangéliques chrétiennes à but non lucratif qui se sont ensuite impliquées, au cours des années, dans le travail social, pour délaisser l’évangélisation, les églises chrétiennes modernes ont dévié et se sont éloignées des bonnes œuvres. Pourtant, la Bible dit au livre de Tite : « Que ceux qui ont cru en Dieu s’appliquent à pratiquer de bonnes œuvres. »  Jésus a dit : « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. »

     

    Quand je suis devenu chrétien, je suis devenu ce que la plupart des gens de ce monde considèrent un fanatique. Je veux dire vraiment fanatique. Je n’ai pas changé du tout. À l’époque, je fabriquais des manteaux de cuir et de suède sur mesure. J’en ai confectionné plus de 1 500 sur une période de 10 ans, suivant les traces de mon père. Savez-vous qui fut le premier à fabriquer un veston de cuir? Le livre de la Genèse nous le dit. Dieu a… revêtu Adam et Ève de peaux d’animaux. Pas une peau d’homme des cavernes, mais plutôt un manteau bien ajusté, avec des boutons. Quelque chose qui a de la classe. Quand Dieu agit, Il fait les choses à la perfection.

     

    Et j’ai mentionné cela dans un de mes pamphlets publicitaires. J’ai écris: « Dieu fut le premier à tuer un animal pour revêtir l’homme avec des peaux d’animaux. » Je disais donc que je suivais les traces de mon Père, pour en arriver à être revêtu par ce que Dieu nous offre : le Christ.

     

    Par la fenêtre de mon magasin (d’une dimension de 3 mètres par 2.5 mètres), j’ai rencontré un adepte d’Hare Krishna qui a été réellement sauvé. Je lui ai demandé qu’est-ce qui l’avait amené au Christ. « Est-ce que c’était ma prédication? Qu’est-ce que c’était? »  Il m’a répondu : « la poignée de main. »  En donnant une poignée de mains à un chrétien, il a ressenti une sincérité qui l’a amené à considérer l’Évangile, pour ensuite donner sa vie au Christ. Et en moins d’une demi-heure, il mangeait un T-bone, totalement libéré.

     

    Je lui ai demandé : « Ron, que fais-tu comme travail? » Il m’a répondu : « Je fais des enseignes. »  J’ai répondu : « Vraiment? »  Ensuite, je lui ais demandé de m’en faire une de 3 mètres par 2.5 mètres, pour mettre dans ma fenêtre, et y inscrire les versets de Jean 3:1-16. Une quantité incroyable de travail pour le pauvre gars. Soir après soir, il travaillait sur ce projet. Il y eu un soir où chaque lettre lui prenait une demi-heure. Découragé, il s’est reculé et a lu dans la fenêtre: « Personne ne peut faire ces oeuvres que tu fais, si Dieu n’est avec lui », et il a été grandement encouragé par le Seigneur pour continuer.

     

    J’avais cette enseigne sur ma fenêtre, et sur la porte l’inscription des Écritures : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe. »  Il y avait un barbier dans le commerce voisin. Un jour, le barbier m’a dit : « Ray, je dois te dire quelque chose. Plusieurs hommes entrent dans mon magasin, ils s’assoient en regardant par ici, et ils disent avec dégoût et mépris : “C’est tout un fanatique que vous avez à côté?” Ils ne parlent plus par la suite, tellement la nausée les prend à la gorge. Il y a quelques mois, quand tu as écrit le livre Mes amis sont mourants, et que tu t’impliquais dans la lutte contre la drogue, ces mêmes personnes arrivaient ici, prenaient leur place pour leur coupe de cheveux en disant : “Il fait un bon travail, le gars d’à côté.” »

     

    Tous ces événements étaient le fruit de 1 Pierre 2:15 : « Car c’est la volonté de Dieu qu’en pratiquant le bien vous réduisez au silence les hommes ignorants et insensés. »  Si vous êtes un chrétien riche en bonnes œuvres, les gens diront : « Je ne crois pas ce qu’il croit, mais il est quelqu’un d’authentique. » Vous les réduirez au silence, vous leur fermerez la bouche par vos bonnes œuvres.

     

    J’ai constaté cela, il y a quelques années. J’étais un assistant-pasteur dans la communauté, et j’ai dit: « Impliquons-nous dans les bonnes actions. » Je me suis rendu dans un marché de légumes et je leur ai dis: « Je voudrais faire don de 100 sacs de légumes aux gens du quartier où se situe notre église. Pouvez-vous nous fournir? » Ils ont répondu : « Si tu nous laisses mettre le nom de notre magasin sur le sac, nous pouvons te faire un bon prix. En plus, nous t’en donnerons le double. » Alors, ils ont fourni des sacs d’environ 3 pieds de haut bien rempli de carottes, de choux, de maïs et d’autres légumes, et ils ont mis le nom de leur magasin sur les sacs.

     

    Puis, nous sommes montés dans un camion avec les sacs, et nous avons inséré une lettre dans chaque sac, qui commençait par « Cher ami » et non pas par « Meilleurs vœux par le merveilleux Nom de Jésus. »  Il n’y avait rien de chrétien dans cette lettre. Elle disait : « Cher ami ou voisin, nous nous soucions de vous. Nous sommes de l’église d’à côté. Si nous pouvons vous aider à tondre votre gazon, taillez vos haies, ou si nous pouvons faire quelque chose d’autre pour vous aider, s.v.p. appelez-nous. Nous sommes ici pour vous aider. Bien à vous, » avec notre signature. Ces lettres ont été placées sur le dessus des sacs qui ont été déposés aux portes de 100 maisons. J’ai dit aux gens qui m’aidaient avec les sacs : « Ne frappez pas aux portes. Ne parlez pas avec eux. Ne laissez personne penser que vous essayez de vous introduire chez eux. »

     

    La réaction a été incroyable. Des gens nous arrêtaient en pleine rue et pleuraient. Une femme pleurait de gratitude. Une autre a dit : « J’habite dans cette région depuis 60 ans, et c’est la première fois que l’église du coin fait quelque chose pour moi. » Et une autre personne a dit : « Je suis athée, mais je veux seulement vous souhaiter la meilleure des chances avec vos projets dans la communauté. »

     

    La copine d’un autre garçon lui a dit qu’elle avait décidé de se tourner vers le Seigneur. Ce garçon a enfoncé son poing à travers le mur avec colère, parce qu’il était un athée dévoué et qu’il a vu un signe évident de l’amour de Dieu dans ces légumes, et il avait de la difficulté à l’accepter.  Il a eu une telle réaction, car c’était un geste puissant pour lui. Une femme m’a dit : « J’ai de la peine à croire que tous ces légumes m’appartiennent. » Deux dollars, c’est tout ce que chaque sac de légumes nous a coûté. Deux dollars. « Car c’est la volonté de Dieu qu’en pratiquant le bien vous réduisiez au silence les hommes ignorants et insensés. » « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. » Nous avons vu le fruit des bonnes œuvres.

     

    Troisièmement, le fruit de la gratitude (Hébreux 13:15). Si vous avez vraiment été sauvé, il devrait y avoir un cri à l’intérieur de votre cœur, « Loué soit Dieu pour son don incomparable! » S’il n’y a pas le fruit de la gratitude, si vous n’avez pas dans votre esprit un désir de remercier Dieu, alors vous n’êtes pas sauvé.

     

    Quatrièmement, le fruit de l’Esprit (Galates 5:22). Ce fruit devrait être évident par « l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la fidélité, la douceur, la tempérance. »

     

    Cinquièmement, le fruit de la justice (Philippiens 1:11). Il devrait y avoir le fruit de ce qui est juste, le fruit d’une vie droite. Souvenez-vous de Matthieu 3:10 : « Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. » En tant que chrétiens, dans notre effort d’évangélisation, nous devons faire tout en notre pouvoir, non seulement pour obtenir des décisions, pour attirer plus de fidèles à l’église ou des groupes de jeunes, mais pour produire des porteurs de fruits dévoués pour le Seigneur, parce que « chaque arbre qui ne porte pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. »

     

    Regardons maintenant ce que dit Marc 4:3 pour avoir une meilleure compréhension de ce qui entrave et ce qui produit du vrai fruit. Quand on lit dans la Bible : « Écoutez » c’est comme un son de trompette qui annonce « prêtez l’oreille, c’est important. »  Dans Marc 4:3, Jésus se sert de ce mot. Donc, c’est très important. Il proclame : « Écoutez. Un semeur sortit pour semer. Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin: les oiseaux vinrent, et la mangèrent. Une autre partie tomba dans un endroit pierreux, où elle n’avait pas beaucoup de terre: elle leva aussitôt, parce qu’elle ne trouva pas un sol profond; mais, quand le soleil parut, elle fut brûlée et sécha, faute de racines. Une autre partie tomba parmi les épines: les épines montèrent, et l’étouffèrent, et elle ne donna point de fruits. Une autre partie tomba dans la bonne terre: elle donna du fruit qui montait et croissait, et elle rapporta trente, soixante, et cent pour un. Puis il dit: Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. »

     

    « Lorsqu’il fut à l’écart, ceux qui l’entouraient avec les douze l’interrogèrent sur les paraboles. Il leur dit: C’est à vous qu’a été donné le mystère du royaume de Dieu; mais pour ceux qui sont dehors tout se passe en paraboles, afin qu’en voyant ils voient et n’aperçoivent point, et qu’en entendant ils entendent et ne comprennent point, de peur qu’ils ne se convertissent, et que les péchés ne leur soient pardonnés. »

     

    « Il leur dit encore: Vous ne comprenez pas cette parabole? Comment donc comprendrez-vous toutes les paraboles? Le semeur sème la parole. Les uns sont le long du chemin, où la parole est semée; quand ils l’ont entendue, aussitôt Satan vient et enlève la parole qui a été semée en eux. Les autres, pareillement, reçoivent la semence dans les endroits pierreux; quand ils entendent la parole, ils la reçoivent d’abord avec joie; mais, ils n’ont pas de racines en eux-mêmes, ils manquent de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, ils y trouvent une occasion de chute. D’autres reçoivent la semence parmi les épines; ce sont ceux qui entendent la parole, mais en qui les soucis du siècle, la séduction des richesses et l’invasion des autres convoitises, étouffent la parole, et la rendent infructueuse. D’autres reçoivent la semence dans la bonne terre; ce sont ceux qui entendent la parole, la reçoivent, et portent du fruit, trente, soixante et cent pour un. »

     

    Je crois que le verset 13 est le passage clé de toute la Bible. Jésus leur dit : « Vous ne comprenez pas cette parabole? Comment donc comprendrez-vous toutes les paraboles? » En d’autres mots, la parabole du semeur est la clé qui ouvre le mystère de toutes les paraboles. Lorsque nous comprenons que la parabole du semeur concerne les vraies et les fausses conversions, l’auditeur du sol pierreux, l’auditeur du sol épineux, l’auditeur de la bonne terre (deux fausses, une vraie) alors nous commençons à saisir les autres paraboles, qu’il y a des vraies et des fausses conversions. Le bon poisson et le mauvais poisson, le vrai et le faux. Les vierges folles et les vierges sages, le faux et le vrai. L’homme qui a bâti sa maison sur le roc, le vrai converti, et l’homme qui a construit sa maison sur le sable, le faux converti.

     

    Vous voyez, avant, je croyais que l’homme insensé qui a construit sa maison sur le sable n’était pas croyant. Non, vous avez lu ce que Jésus a dit: « Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. »  Les non-croyants n’écoutent pas les paroles de Jésus. La plupart de ceux-ci connaissent « ne jugez pas afin de ne pas être jugé » et la règle d’or: « Faites aux autres ce que vous voudriez qu’ils fassent pour vous. » Ils ont tordu le sens de ces versets. Ils ne les comprennent pas.

     

    Non, l’église est remplie de gens qui entendent les paroles de Jésus et qui ne les mettent pas en pratique. Ils n’évangélisent pas, même quand Jésus dit : « Vous serez mes témoins. », « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes. », « Allez par tout le monde, et prêchez la Bonne Nouvelle à toute la création. » Ils ne font rien de cela. Ils sont comme l’homme qui a bâti sa maison sur le sable.

     

    En harmonisant la parabole du semeur qui se trouve dans Luc 8 et Matthieu 13, nous allons regarder les cinq caractéristiques du faux converti : l’auditeur du sol pierreux.

     

    Premièrement, selon Marc 4:5, les résultats du faux converti sont immédiats. Ils ne mesurent pas les conséquences. La bonne nouvelle qu’ils entendent n’est pas une bonne nouvelle précédée de la Loi. Ils ne sont pas portés à trembler devant le Trône d’un Dieu Saint. Ils entendent qu’ils ont besoin d’avoir l’assurance qu’ils iront au Ciel. Ils pensent qu’ils sont déjà en chemin pour le Ciel. La plupart des gens le croient. Pourquoi? Ils tentent de se justifier eux-mêmes, tout en étant ignorants de la justification qui vient de Dieu.

     

    Soixante-deux pour cent des Américains croient à l’enfer, tel que décris dans la Bible, mais ils ne pensent pas qu’ils vont y aller. Ils s’imaginent qu’ils sont trop bons pour ça. C’est bien la nature humaine. « Beaucoup de gens proclament leur bonté. »  « Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue c’est la voie de la mort. » L’évangile moderne dit : « Vous devez avoir l’assurance d’aller au Ciel. Vous ne devez pas aller en enfer. Vous devez venir et donner votre vie à Christ. Vous devez avoir la foi en Jésus », et ils prêchent ensuite Jésus crucifié.

     

    Donc, le pécheur pense mériter le Ciel de toute façon, parce qu’il a donné son cœur à Jésus, et il reçoit ainsi l’assurance qu’il ira au Ciel. Il ne comprend pas ce qu’est le péché. Paul dit : « Je n’ai connu le péché que par la Loi. »  Et 1 Jean 3:4 dit : « Le péché est la transgression de la Loi. » Il reçoit donc la certitude qu’il est sauvé, il est suivi, fréquente l’église, se trouve de nouveaux amis, un nouveau style de vie, évite l’alcool, se maintient ainsi, et tout va comme sur des roulettes.

     

    Mais, il n’y a toujours pas de repentance. Quand il n’y a pas une compréhension du péché, il y a une absence de regret sincère, qui est nécessaire pour la repentance. Jésus a dit : « Si vous ne vous repentez, vous périrez tous ». L’église est remplie de gens certains de leur salut, mais cette certitude ne vient pas du Saint-Esprit. Ceux-ci ne voient pas le problème en face. C’est facile d’obtenir une décision d’eux, parce qu’ils ont devant les yeux l’appât de la vie éternelle.

     

    Deuxièmement, il y a un manque d’humidité (Luc 8:6). La soif de Dieu, du Dieu Vivant est absente.

     

    Troisièmement, il n’y a pas de racines en eux-mêmes (Matthieu 13:6). Il manque ici la profondeur d’une vie dévouée à Dieu.

     

    Quatrièmement, ils reçoivent la Parole avec joie. Ici encore, il n’y a pas de regret sincère, parce que la Loi ne leur a pas été donnée afin qu’ils puissent voir la vérité en eux-mêmes. La Loi de Dieu est comme un miroir. Quand il n’y a pas de miroir, vous pouvez vous promener toute la journée avec le visage sale, et si quelqu’un ne vous le dit pas, vous ne le saurez jamais. Chaque jour, nous nous regardons dans le miroir pour voir de quoi nous avons l’air. On se lève le matin, on regarde dans le miroir pour voir ce que la nuit nous a fait. Il n’y a pas plus grande évidence de la création déchue que lorsqu’on se regarde dans le miroir le matin. Je veux dire qu’après s’être reposé à la suite d’une dure journée, on devrait en conséquence, se lever le lendemain d’un air frais et dispos. Non, les yeux sont bouffis, etc.

     

    Leurs regards ne portent pas sur la Loi parfaite de la liberté, afin de se regarder eux-mêmes dans la vérité. La Loi de Dieu est comme un miroir. Par conséquent, ils ne vont pas à l’eau du Sang du Christ pour se laver, parce qu’ils ne voient pas le besoin pressant du pardon de Dieu. Paul a dit : « le péché, par le commandement, devînt condamnable au plus haut point. » (Romains 7:13). Alors, ils reçoivent la Parole dans la joie (Marc 4:16).

     

    Et cinquièmement, pour un certain temps, ils croient vraiment (Luc 8:13). C’est une expérience véritable de fausse conversion. Pour un moment, ils croient réellement.

     

    Maintenant, imaginez deux plantes, une à côté de l’autre. La plante sur la gauche a l’air forte et en santé, et la plante sur la droite à l’air toute petite. Si vous deviez faire de la place dans votre jardin, puisqu’il manque d’espace, vous jugeriez ainsi : « Hé bien! La petite devra partir, parce que la grande se porte bien. »

     

    Imaginez maintenant que le soleil chaud se lève et cause la plante qui avait l’air forte et en pleine santé à séchée, alors que la petite plante semble très bien se porter. À première vue, nous ne pouvons pas comprendre pourquoi la grande plante a séché et que la petite plante se porte bien. La raison est que le sol où se situe la grande plante est pierreux. Ses racines n’ont pas pu aller en profondeur. Il n’y avait que de la roche. La petite plante, par contre, était petite parce qu’elle envoyait ses racines très profondément dans le sol à la recherche d’humidité.

     

    Vous voyez que c’est le soleil qui a révélé ce que vous et moi ne pouvions apercevoir : la condition du sol. Dans la vie spirituelle, la lumière du soleil représente la tribulation (Matthieu 13:21), la tentation (Luc 8:13) et la persécution (Marc 4:17). Dans la nature, c’est le soleil qui révèle la condition du sol de la plante, ce qui se passait vraiment et qui était caché à nos yeux. Dans le spirituel, ce qui révèle ce que vous et moi ne pouvons voir dans la vie d’un croyant est la tribulation, la tentation et la persécution.

     

    Si vous achetez une plante d’intérieur, pour bien la faire pousser et fleurir, la pire chose à faire est de la cacher de la lumière du soleil. D’accord, vous avez dépensé 20$ pour une belle plante d’intérieur, et vous vous dites qu’elle vous a coûté pas mal cher. Alors, vous vous en occupez. Vous la placez dans un joli placard, chaud et sombre. Non, c’est la pire chose à faire. On ne cache pas une plante de la lumière du soleil. Si elle a de la bonne terre, de l’espace et que vous l’arrosez, vous savez qu’elle a besoin du soleil pour grandir. Ça ne va pas la tuer.

     

    De la même façon, la pire chose à faire pour un nouveau croyant est de le mettre à l’abri de la lumière de la tribulation, de la tentation et de la persécution. C’est la pire chose que vous pouvez faire. Quand vous dites : « le pauvre, il vient de donner son cœur à Jésus en prison, il va sortir ce mardi, prenons-le avec nous pour le garder loin de la tentation, loin de ses amis. Et quand il aura des épreuves, aidons-lui à les surmonter. » Non, c’est la pire chose à faire. S’il est réellement sauvé, il s’épanouira. S’il est faux, il fanera et mourra.

     

    Il y a quelques années, lorsque la Russie persécutait les chrétiens, j’ai entendu parler que des chrétiens s’étaient réunis pour une réunion de prières lorsque, brusquement, la porte s’est ouverte, deux soldats russes armés jusqu’aux dents ont entré et ont dit : « Sortez d’ici si vous ne voulez pas mourir pour votre foi. » La moitié des chrétiens se sont levés et sont sortis en courant. La porte a été refermée, les gardes ont abaissé leurs fusils, enlevé leurs chapeaux, se sont assis et ont dit : « Loué soit le Seigneur, nous avons séparé les brebis des boucs avant de prendre le risque de nous joindre à vous. »

     

    Normalement, Dieu ne se sert pas de la méthode des soldats russes. Il préfère utiliser la méthode d’ouvrir la terre et de les avaler. Vous voyez, si la persécution survenait dans nos églises, on serait débarrassé des gens qui murmurent, qui se plaignent et de ceux qui causent la division. Mais, encore plus important, je crois qu’une sévère persécution dans nos églises montrera aux auditeurs du sol pierreux qu’ils ne sont pas dans le bon chemin.

     

    Pouvez-vous imaginer la tragédie de mener quelqu’un à Christ de cette façon. Vous ne lui donnez pas la Loi avant la grâce. Vous ne lui expliquez pas ce qu’est le péché. Vous ne lui montrez pas qu’il a violé la Loi d’un Dieu Saint. Vous ne lui dites pas qu’il a péché, et que pécher veut dire briser la Loi. Plutôt, vous dites simplement : « Vous avez un vide qui est fait pour Dieu. Jésus peut vous donner une paix véritable, l’amour et la satisfaction. Vous n’avez qu’à lui donner votre cœur, et il va vous aider avec tous vos problèmes. Il va vous aider quand vous aurez des épreuves à surmonter, et il vous donnera la certitude d’aller au Ciel. »  Et vous le poussez à répéter une prière.

     

    Mais, il manque quelque chose à ce « croyant ». Il n’a aucun zèle pour les gens égarés, aucun désir de lire sa Bible, et une absence de prières dans sa vie. Vous vous sentez responsable, car vous avez prié avec lui, donc vous lui dites constamment de ne pas oublier de lire sa Bible, de venir à l’église et de prier. C’est votre nouvelle tâche, suivre ce nouveau « croyant ».

     

    Et vous réussissez à préserver ce « croyant » jusqu’au jour du jugement, où le regard d’un Dieu omniscient va le révéler pour l’hypocrite qu’il est. C’est la faute à qui, si vous réussissez à le préserver jusqu’au jour du jugement? Ne serait-il pas mieux de le laisser tomber? Pas le cacher de la lumière du soleil, mais plutôt le laisser aller sous la lumière du soleil et ainsi révéler la condition de son « sol ». S’il est réellement sauvé, il s’épanouira. S’il est faux, il fanera et mourra.

     

    Pendant des années, j’ai mis mon énergie dans ceux qui faisaient une profession de foi, qui venait de donner leur cœur à Jésus. Ceux qui semblaient être des auditeurs du sol pierreux, je leur disais « Est-ce que tu lis ta Bible? » et ils répondaient « Je n’ais pas vraiment le temps. J’ai mon télé-horraire, et plein d’autres choses à faire. » « Est-ce que tu vas aller à l’église dimanche? » « J’ai un tournoi de golf ce dimanche, et un cours de natation dimanche prochain. » Maintenant, s’ils ne m’écoutent pas les deux premières fois, je les laisse à eux-mêmes et je mets mon énergie sur les non-croyants.

     

    La Bible dit : « Désirez le lait spirituel et pur, si vous avez goûté que le Seigneur est bon. »  Un agneau en santé va avoir un appétit normal. On n’a pas besoin de le faire manger de force. Quelqu’un de réellement sauvé va avoir un désir de lire la Bible. Ils vont s’auto-discipliner. La première chose que j’ai sue, quand je suis devenu chrétien, était que je devais m’acheter une Bible et la lire afin de savoir ce que Dieu voulait que je fasse.

     

    Et j’aimais mes frères et sœurs chrétiens. Je savais que j’avais passé de la mort à la vie, parce que j’aimais les chrétiens. Quand j’ai lu dans la Bible: « N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns. », je me suis dit : « O.K., je vais aller à l’église. Le surf va prendre la deuxième place. »

     

    Si un nouveau converti ne fait que regarder en arrière, Jésus a dit qu’il n’est pas propre au Royaume de Dieu. Luc 9:62 dit : « Quiconque met la main à la charrue, et regarde en arrière, n’est pas  propre au Royaume de Dieu. »  Le mot « propre » vient du grec eusetto, et qui veut dire « prêt pour être utilisé ».

     

    Vous voyez, si vous prenez des bonnes semences de qualités et vous les semez sur le sol pierreux, est-ce que les fruits vont pousser? Non. Mais, si vous êtes familiers avec le travail d’un agriculteur, ou si vous avez quelque chose entre les deux oreilles, vous direz : « Je dois labourer la terre, enlever les roches, et ensuite semer dans de la bonne terre afin de récolter des bons fruits. »  C’est aussi simple.

     

    Dieu dit que le cœur humain est comme un sol pierreux. Ézéchiel chapitre 11 dit : « J’ôterai de leur corps le cœur de pierre, et je leur donnerai un cœur de chair. »  Vous pouvez prendre l’Évangile pur et le planter sur un cœur non régénéré et il n’y aura aucun fruit. Il ne peut pas y en avoir. Ce que nous devons faire est de tourner la terre du cœur en utilisant la Loi de Dieu, afin d’y exposer les pierres du péché, qui seront enlevées par la repentance. Ce n’est qu’à ce moment que la Parole peut être semée, afin de sauver son âme.

     

    Vous voyez, plusieurs grands évangélistes, des hommes que j’admire et que je respecte grandement, ne sont pas alarmés quand ils apprennent que 80% des conversions qu’ils ont recueillies ont délaissé la foi.

     

    Mais, je ne pense pas que la parabole du semeur nous a été donnée comme consolation à des résultats évangéliques décevants. Il y a des clés qui nous sont données pour notre compréhension. Si vous étudiez l’auditeur du bon sol, vous verrez qu’il a entendu et comprit, et qu’il produit des fruits parce qu’il a reçu la semence dans un cœur bon et honnête. Donc, il a un cœur bon et honnête, il a la compréhension.

     

    C’est donc comme ça que ça se passe. Dans la société, il y en a plusieurs qui ont le cœur bon et honnête et qui comprennent, et ce sont eux qui recevront la semence de l’Évangile. Non, ceci n’est pas biblique du tout. Romains 3 dit : « Il n’y a personne qui comprenne. »  Qui comprend? Personne. Il est aussi écrit : « Il n’y a point de justes. Pas même un seul », le cœur de l’homme est « tortueux par-dessous tout, et il est méchant. »

     

    Donc, les vertus de la compréhension et du bien devraient venir de l’extérieur du cœur, et non de l’intérieur, parce que la compréhension et le bien ne proviennent pas de l’intérieur du coeur de l’homme. Qu’est-ce qui amène à la compréhension? C’est le professeur. La Loi est notre professeur, afin de nous conduire au Christ. Le rôle du professeur est d’apporter la connaissance. « C’est par la Loi que vient la connaissance du péché »  La Bible dit : « Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance … la Loi de ton Dieu. » (Osée 4:6)

     

    Que fait la Loi? Elle apporte la lumière de la compréhension. Les Commandements sont une lampe, la Loi est la lumière. Et quand l’homme entend la Loi de Dieu, il voit qu’il a péché contre Dieu, qu’Il exige la vérité dans les parties intérieures du cœur. Il considère les désirs sexuels égaux à l’adultère, et la haine tel un meurtre. Si vous prenez quelque chose qui ne vous appartient pas, la valeur n’a pas d’importance, vous êtes un voleur, et vous n’hériterez pas du Royaume de Dieu. Si vous dites un mensonge, alors vous portez un faux témoignage, et tous les menteurs auront leur part dans l’étang de feu. Ils ont transgressé la Loi de Dieu, ils commettent l’iniquité.

     

    Jésus a dit : « En ce jour-là,  plusieurs diront “Seigneur, Seigneur”. »  Il répondra : « Éloignez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. Je ne vous connais pas. »  Quand le pécheur comprend avoir péché contre Dieu, et quand le sol du cœur est labouré par la Loi, les pierres du péché y sont alors exposées, et il peut les enlever par la repentance. Il est ensuite capable de recevoir la semence qui peut sauver son âme, comme l’auditeur de la bonne terre.

     

    Donc, l’essentiel de mes propos est que Dieu a placé des armes dans les mains de l’église, non pas charnelles, mais puissantes pour détruire des forteresses, par la force de Dieu avec l’aide de l’Esprit-Saint. Vous et moi pouvons déterminer dans quel sol tombera la semence, en utilisant la Loi de Dieu, telle une pelle pour sarcler le sol du cœur non régénéré.

     

    Rappelez-vous ce que George Whitfield a dit: « C’est la raison pour laquelle nous avons tant de conversions champignons. »  Parce que le sol pierreux n’a pas été sarclé. Ils n’ont pas reçu la conviction de la Loi. Ils restent des auditeurs du sol pierreux.

     

    Un de mes amis est venu me voir un jour et m’a dit : « Ray, il y a quelque chose qui ne va pas dans ma vie chrétienne. Il me manque le zèle que vous avez. »  Je lui ais répondu : « Richard, est-ce que tu as de l’amour, de la joie, de la paix, de la patience, de la bonté, de la fidélité, de la douceur, de la tempérance ? » Il m’a répondu: « Non, il me manque sept de ces fruits. »  Il n’en avait qu’un seul. Je lui ai donc dit : « Richard, par ton propre aveu, je ne vois aucune preuve qui te permet de dire que tu es chrétien. »

     

    À ce moment-là, il exerçait un autre des fruits de l’Esprit, la maîtrise de soi, car il m’a dit avoir eu envie de m’arranger le portrait. Mais il ne l’a pas fait. Il est allé chez lui, il a fait un examen de conscience pour savoir s’il était dans la foi et il a conclu que ce n’était pas le cas. Il s’est repenti devant le Dieu Tout-puissant et il est devenu porteur de fruits à un point tel que trois mois plus tard notre église l’a nommé responsable d’un de nos ministères d’évangélisation.

     

    C’est pour cela que la Bible dit qu’il faut s’examiner pour savoir si nous sommes dans la foi. Colossiens 4:5 nous dit: « Conduisez-vous avec sagesse envers ceux du dehors, et racheter le temps ».  Autrefois, je pensais : « ceux du dehors, ce sont les non chrétiens. C’est notre société contemporaine. » Non, un auditeur du sol pierreux, un faux converti, peut être dans votre église et dans votre groupe de jeunes, tout en étant à l’extérieur du corps du Christ.

     

    La Bible dit : « Conduisez-vous avec sagesse envers ceux du dehors, et rachetez le temps ». Si quelqu’un veut vous faire perdre votre temps, c’est un faux converti. Il demande des conseils, des conseils, et encore des conseils. Il vient toujours quand il a des problèmes, des problèmes, et encore des problèmes. J’ai passé bien du temps à conseiller des gens qui n’avaient pas besoin de conseils. Ils avaient besoin de se repentir.

     

    Vous rappelez-vous de la grande plante? Que lui faut-il? « Du fertilisant! Plus de fertilisant. Couvrez la plante de fertilisant. Ça l’aidera. » Vous pouvez avoir un faux converti et vous dites: « Nous allons lui faire un suivi. Nous allons le suivre et le suivre. Il nous faut un suivi plus intense. » Non, le problème ne se situe pas là. Il n’a pas besoin de fertilisant. Le problème vient du sol, la condition de son cœur. Il a d’abord besoin de se repentir.

     

    Le suivi n’est pas biblique. Pas du tout. Vérifiez-le vous-même. Vous ne trouverez pas le suivi dans les Écritures. La Bible nous dit de le nourrir et de le discipliner, mais vous n’y trouverez pas le suivi de nouveaux convertis. Quand David Wilkerson a écouté mon enseignement intitulé Le secret le mieux gardé de l’enfer, la première chose qu’il m’a dit quand il m’a téléphoné de sa voiture (il écoutait la cassette dans sa voiture) a été : « Je pensais que j’étais le seul qui ne croyait pas au suivi. »  Ce n’est pas biblique.

     

    Le suivi est un témoignage de manque de confiance que l’évangéliste moderne a envers son message et envers la puissance de Dieu qui nous garde. Notre foi dépend de Lui du commencement à la fin. « Il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui. » « Celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irréprochable et dans l’allégresse. » Si Dieu les a sauvés, Dieu les gardera. L’eunuque éthiopien n’a pas eu de suivi. Pourquoi? Parce que s’il est un croyant véritable, il va persévérer. Alors que s’il est un faux converti, il fanera et mourra. L’auditeur du sol pierreux n’a pas besoin de suivi. Par suivi, je ne veux pas seulement dire de m’assurer que quelqu’un lise la Bible, mais plutôt la responsabilité de suivre quelqu’un qui a donné son cœur à Jésus lors d’un rassemblement religieux ou à l’église. Vous allez chez lui, vous frappez à la porte et vous dîtes : « Excusez-moi, vous devriez vraiment aller à l’église. Pouvez-vous ouvrir la porte? Je sais que vous êtes caché sous votre lit. »

     

    Faire du suivi, auprès de ceux qui ont pris une décision pour Jésus d’après la méthode moderne, est le travail le plus décourageant du monde. Ils ne sont jamais là quand vous les appelez. Ils n’ont pas besoin de fertilisant. Ils ont besoin d’un bon sol.

     

    Il y a quelques années, je faisais partie d’une équipe de pasteurs d’une grande église. Le pasteur senior s’appelait Peter Morrow, un homme de Dieu très aimable. Il était le berger le plus dévoué que vous puissiez imaginer. Un véritable homme de Dieu. Laissez-moi vous parler de son poids et de sa grandeur, j’ai une bonne raison pour cela. Il mesurait environ 6 pieds. Il ne pesait pas tant que ça, environ 120 livres. Il blaguait de son manque de poids. Il mangeait et mangeait encore sans gagner de poids. Il devait avoir un corps glorifié ou quelque chose comme ça. Il était tellement maigre, qu’il y avait qu’une seule rayure sur son pyjama. Il devait courir sous la douche pour être mouillé.

     

    Il y a quelques années, on a frappé à sa porte. Il était 3 heures du matin. Son fils a répondu et a dit : « Oui? » et l’homme a répondu : « J’ai besoin de parler avec ton père. »  Le fils connaissait bien le cœur de son père. Il savait qu’il était un berger, et que cela lui ferait plaisir de se lever à 3 heures du matin afin de conseiller l’une de ses brebis. Il dit donc à l’homme : « Attends dans le salon. »  Il a réveillé son père, qui s’est levé pour se rendre au salon. Pendant qu’il marchait, de derrière la porte surgit une lame d’une machette de 35 centimètres de long qui tomba sur son visage. Ses doigts ont été tranchés, et sa gorge coupée. Après avoir entendu ses cris, ses fils ont couru au salon et ils ont vu le sang de leur père répandu partout. C’était épouvantable! Ils ont donc saisi l’homme qu’ils croyaient être le meurtrier de leur père, et ils ont failli le tuer. Il criait « Je ne peux pas respirer » et eux disaient « Meurs donc! »  L’homme a été arrêté. Le père a survécu. Il a reçu des centaines de transfusions de sang.

     

    Le lendemain, un autre pasteur m’a appelé. Il m’a dit : « T’as entendu parler d’hier soir? »  J’ai dit : « Ouais! Je ne peux pas le croire. C’est sérieux ça. »  Il dit : « Tu ne vas pas le croire. Le gars qui a fait ça vient de mon église. Il fait partie de mon troupeau. »  J’ai répondu : « Tu blagues? »  Il reprend : « C’est très grave, qu’un chrétien puisse faire ça. »  Je lui ai dis : « Attends une minute, si quelqu’un essaie de décapiter un pasteur, tu pourrais conclure qu’il y a une absence d’amour, de bonté et de gentillesse chez lui. »

     

    Nous devons commencer à prendre les Écritures au sérieux. Je n’accueille pas quelqu’un dans la foi à moins d’y voir du fruit. Cela ne semble pas tellement important aujourd’hui, mais attendez l’arrivée de graves persécutions. Attendez que les gens aient des machettes et qu’ils nous persécutent pour Son nom, alors que les chrétiens ne font que prêcher la Vérité de Dieu dans son entier. Ils vont souffrir la persécution parce qu’ils vivent une vie sainte pour Jésus Christ.

     

    Vous voyez, la Bible parle de faux frères. On y parle de faux apôtres, de faux prophètes, de faux professeurs et de fausses conversions. C’est très rare qu’on entende un enseignement sur ce sujet.

     

    J’aurais aimé avoir une caméra vidéo, il y a quelques années, quand cet incident est survenu. Je traversais la rue lorsque j’ai entendu un énorme bruit qui a attiré mon attention. Une voiture, apparemment sans silencieux, se trouvait au milieu de la route. Le conducteur roulait comme un fou. J’ai fait un bon en arrière sur le trottoir, de peur de me faire écraser. Quand la voiture a passé devant moi, le conducteur m’a reconnu. L’homme qui conduisait était le cas classique de l’auditeur du sol pierreux, un faux converti. Je le gardais à l’œil, car, j’avais entendu dire qu’il avait fait des menaces aux pasteurs d’une autre église. Lorsqu’il m’a vu, il a freiné, puis reculé, et a sauté hors de sa voiture pour me dire : « Salut Ray ! »  J’aurais voulu que vous le voyiez. Il avait trois autocollants de Jésus sur son pare-brise. Il portait une grosse croix autour du cou, suspendue sur sa poitrine garnie comme une forêt, la chemise déboutonnée jusqu’au nombril. Le chrétien stéréotype. Il m’a dit qu’il aimerait me rencontrer pour discuter et le conseiller. Je lui ai dis que j’étais très occupé cette année-là.

     

    Voyez-vous, un faux converti vous demande du temps. C’est un instrument du diable pour épuiser les saints. Rappelez-vous que Satan cherche à épuiser les saints. Les faux convertis aiment écouter la Parole, mais non la mettent en pratique. Ils agissent ainsi par manque de racines profondes, ils n’ont que des feuilles et des branches.

     

    Je crois aux autocollants de Jésus. Si quelqu’un veut mettre une croix, ça va. Les t-shirts, c’est correct. Cependant, vous verrez que les faux convertis, par leur manque de racines, un manque de profondeur dans leur cœur, dans le sol de leurs cœurs, ont beaucoup de branches et de feuilles pour vous impressionner. Ils ont même des grosses Bibles.

     

    Afin que vous ne soyez pas intimidés, laissez-moi vous dire de quelle version il s’agit pour qu’il n’y ait pas de confusion. C’est La Bible du nouveau pharisien, traduction de Louis Segond, publiée par la maison d’édition Le Grand Tombeau. « Chaque Bible a été soigneusement trempée pendant un mois et traînée derrière une voiture pendant 2 semaines pour donner une apparence spéciale et spirituelle. »

     

    Un faux converti n’aura pas de fruit, mais il sera rempli de branches et de feuilles pour impressionner ceux qui l’entourent. Matthieu 7:15-20 dit: « Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au-dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons? Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. »

     

    Et ceci : « Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits… »  En d’autres mots, si une personne est authentique, elle est vraiment authentique, si elle est fausse, elle est vraiment fausse. « …ni un mauvais arbre porter de bons fruits. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. »

     

    Pourquoi devons-nous nous connaître les uns les autres par nos fruits? Dans Actes 20:29-30, Paul a écrit : « Je sais qu'il s'introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n'épargneront pas le troupeau, et qu'il s'élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. » Parmi vous, des hommes s’élèveront. Quand vous regardez tous les cultes, les sectes et les faux prophètes, ils surgissent de l’intérieur. Ça ne vient pas des gens qui ont rencontré le Seigneur, ayant connu le chemin de la droiture, puis sont tombés dans le mal. Ça vient des gens qui ont vécu une fausse conversion, et qui n’ont jamais porté des fruits dignes de la repentance.

     

    Les loups s’en prennent aux brebis faibles. C’est ce que font les loups. Si j’étais pasteur de ma propre église (je suis présentement pasteur itinérant, je suis souvent sur la route), je surveillerais ceux qui prennent une décision pour Jésus. Je les surveillerais pour voir leurs fruits.

    Si des jeunes garçons s’approcheraient un peu trop des jeunes filles, comme les tenir par la taille, je les attraperais et j’aurais une bonne discussion avec eux. Je les garderais à l’œil. Comme je le disais, les loups cherchent les brebis faibles. C’est ce que font les loups.

    Un véritable converti restera debout, quelle que soit l’épreuve. Proverbes 12:3 dit: « L'homme ne s'affermit pas par la méchanceté, mais la racine des justes ne sera point ébranlée. »  Plus forte est la lumière du soleil, plus profondes seront les racines.

    Jésus a envoyé ses brebis parmi les loups (Luc 10:3). C’est très différent de la façon dont nous traitons les nouveaux convertis. Nous essayons de les protéger, mais pourtant Jésus les envoya comme des brebis parmi les loups. Pourquoi ? Parce que la lumière du soleil des épreuves, des tentations et de la persécution mettra en évidence ce qui est faux et permettra à l’authentique de croître.

    C’est ce qui est arrivé avec Judas Iscariote. Il a été exposé. Judas n’était pas un chrétien. Il ne l’a jamais été. Comment est-ce que je le sais? Voici un bon indice. Jésus a dit : « L’un de vous est un démon. »  C’est un bon indice. Je me souviens ce qu’un de mes amis, Winkie Pratney, m’a dit quand il a vu la peinture Dernière Cène de Léonard de Vinci, représentant Jésus et ses disciples. Il l’a regardé et a dit : « Où est Judas? Allons, où es-tu? » Il cherchait un gars avec un long nez crochu qui se frotte les mains.

    Mais ceci est complètement contraire à la Bible. Judas avait probablement une belle apparence. On lui faisait tellement confiance qu’il était le trésorier des disciples. Il prenait soin d’eux. Il s’occupait des pauvres. Lorsqu’une femme gaspilla un parfum dispendieux sur la tête de Jésus en brisant un vase d’albâtre, pour ensuite laver Ses cheveux avec ses pieds …

    « Laver Ses cheveux avec ses pieds » …  Vous n’avez même pas réagi. J’aurais pu m’en sauver. C’est probablement sur la cassette. Au moins, moi j’écoute. Personne d’autre ne le fait.

    À cette occasion, Judas a dit : « Pourquoi ne l’a-t-on pas gardé pour le vendre tel prix, pour donner ensuite cet argent aux pauvres? » Il s’en faisait pour les pauvres. Non, la Bible dit qu’il ne s’en faisait que pour l’argent. C’était un voleur. Mais, les disciples lui faisaient confiance. Quand Jésus a dit : « L’un de vous me trahira », les disciples ne restaient pas assis en disant : « Ouais! Je sais de qui Il parle, ça doit être le grand nez crochu là-bas. Je savais que c’était nez crochu. »

    Ils n’ont pas dit cela, mais plutôt : « Est-ce moi Seigneur? Est-ce moi? » Il répondit : « C’est celui qui met sa main dans le plat. » Ce que fit Judas. Ils n’ont pas dit : « C’est lui! »  Non. Quand Judas est sorti pour trahir Jésus, Jésus lui a dit : « Ce que tu as à faire, fais-le vite. »  Ils pensaient que Judas s’en allait pour donner l’argent aux pauvres. Il était tellement un bon gars. Il a trompé tout le monde, sauf le Seigneur.

    Regardons Colossiens 4:7. Regardons comment Paul met son seau d’approbation sur ceux qui confessent être dans la grâce de Dieu, et comment il pose son seau d’approbation sur certains croyants. « Tychique, le bien-aimé frère et le fidèle ministre, mon compagnon de service dans le Seigneur, vous communiquera tout ce qui me concerne. Je l'envoie exprès vers vous, pour que vous connaissiez notre situation, et pour qu'il console vos coeurs. » Donc, Tychique est un ministre fidèle et un compagnon au service du Seigneur.

    Verset 9 : « Je l'envoie avec Onésime, le fidèle et bien-aimé frère, qui est des vôtres. Ils vous informeront de tout ce qui se passe ici. » Vous voyez, de nos jours, ce n’est pas trop important de savoir qui vient à la foi, qui l’on recommande ou pas. Mais à cette époque, c’était important. Les chrétiens étaient jetés aux lions, tués pour leur foi. « Ils vous informeront de tout ce qui se passe ici. Aristarque, mon compagnon de captivité, vous salue, ainsi que Marc, le cousin de Barnabé, au sujet duquel vous avez reçu des ordres (s'il va chez vous, accueillez-le); Jésus, appelé Justus, vous salue aussi. Ils sont du nombre des circoncis, et les seuls qui aient travaillé avec moi pour le Royaume de Dieu, et qui aient été pour moi une consolation. Épaphras, qui est des vôtres, vous salue: serviteur de Jésus Christ, il ne cesse de combattre pour vous dans ses prières, afin que, parfaits et pleinement persuadés, vous persistiez dans une entière soumission à la volonté de Dieu. Car je lui rends le témoignage qu'il a une grande sollicitude pour vous, pour ceux de Laodicée et pour ceux d'Hiérapolis. Luc, le médecin bien-aimé, vous salue, ainsi que Démas. »

    On ne trouve pas de seau d’approbation au sujet de Démas. Si vous lisez 2 Timothée 4:10, vous verrez : « Démas m'a abandonné, par amour pour le siècle présent. »  C’est comme si Paul regardait Démas en disant : « Ouais, je ne sais pas trop à ton sujet. Il y a quelque chose qui ne va pas. Je ne pourrais dire : Si Démas va chez vous, recevez-le”. »  « Démas m'a abandonné, par amour pour le siècle présent. » Un faux converti. Il n’a pas que regardé en arrière, il est retourné en arrière. Il n’était pas propre pour le Royaume. Le mot « propre » vient du grec eusetto, qui veut dire « près pour être utilisé ».

    Nous avons brièvement regardé les caractéristiques de la fausse conversion. Avant de terminer, très brièvement encore, nous verrons les caractéristiques du vrai converti. Selon Matthieu 13:23, le vrai converti entend et comprend la Parole. C’est pourquoi il est essentiel d’utiliser la Loi de Dieu pour témoigner et prêcher. Il n’y aura pas de compréhension de notre véritable état devant Dieu sans la Loi. Sinon, il y aurait seulement une repentance horizontale, et non pas une repentance envers Dieu. Ils ne comprendront pas qu’ils ont péché contre Dieu, mais ils penseront avoir péché contre des hommes (mentis à des hommes, volés des hommes, etc.).

    Lorsque David a commis le péché avec Bath-Schéba, il a dit : « J’ai péché contre Toi, contre Toi seul j’ai péché. » Le fils prodigue a dit : « J’ai péché contre le Ciel. »  Paul prêcha « la repentance envers Dieu », la personne offensée. Le chagrin envers Dieu produit la repentance. Sans la Loi, vous ne pouvez avoir la compréhension nécessaire pour vivre le chagrin spirituel qui mène à la repentance.

    Si vous utilisez la Loi de Dieu pour témoigner, vous allez devenir familiers avec les répliques des pécheurs qui diront des choses telles que: « Je sais de quoi vous parlez. Je comprends maintenant. Je ne l’avais jamais entendu de cette façon. » C’est la réaction que j’obtiens presque chaque fois que je passe en revue chacun des Dix Commandements et que je leur montre la raison pour laquelle ils ont besoin d’un Sauveur, pour échapper à la colère qui va venir. Dieu a fixé le jour où Il jugera le monde avec justice.

    Écoutez Matthieu 13:15 : « Car le coeur de ce peuple est devenu insensible; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, de peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, qu'ils ne comprennent de leur coeur, qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse. »

    Vous voyez, lorsque le cœur comprend, il y a conversion. Rappelez-vous ce que l’évangéliste Philippe a demandé à l’eunuque éthiopien : « Comprends-tu ce que tu lis? »  Rappelez-vous de l’avocat qui a affronté Jésus pour le tenter en disant: « Comment puis-je avoir la vie éternelle? » Jésus lui a répondu: « Qu’est-ce que tu comprends dans la Loi? Qu’est-ce que tu y lis? »  Car s’il n’y a pas la compréhension de la Loi, il n’y a pas de salut, puisque le péché est la transgression de la Loi.

    Paul dit : « Je n’ai connu le péché que par la Loi. »  Charles Finney a dit: « Je constate que la Loi est la règle, la seule juste règle, par laquelle la culpabilité du péché peut être mesurée. »  D.L. Moody a dit: « C’est pourquoi Dieu nous a donné la Loi, pour nous montrer nos vraies couleurs. »

    J’ai assisté à des réunions évangéliques où les manipulations psychologiques habituelles étaient utilisées. Le pasteur enseignait sur la foi, ou sur une histoire de la Bible, et juste au beau milieu de sa prédication il a dit: « Arrêtons. Baissons la tête pour prier. Ce soir, il y a des gens ici qui ne connaissent pas le Seigneur. Vous devez donner votre vie à Jésus. »

    Ils peuvent ensuite prêcher le Christ crucifié. Mais, dans certaines réunions, ils n’en parlent même pas. Aucune, prédication sur la croix. Ils parlent seulement de la foi, et disent « vous devez donner votre cœur à Jésus parce que vous avez un vide à l’intérieur qui est fait pour Dieu. Levez votre main pendant que toutes les têtes sont baisées et que tous les yeux sont fermés. Personne ne vous regarde. »

    Et quand le pasteur a vu une main levée, il a dit: « Je vois cette main. Que Dieu vous bénisse! » Par la suite, il a dit : « Je veux que vous veniez en avant au son de la musique, quand les conseillers s’approcheront. » Alors, les conseillers sont arrivés. Ils arrivent à cet instant, car le processus est plus facile quand la musique joue. Les gens se sont avancés. Le pasteur s’est tenu à l’avant. Je pouvais voir l’expression des visages de ceux qui ont donné leur cœur à Jésus. Il n’y avait pas de chagrin envers Dieu, pas de contrition. Après la réunion, l’un des conseillers en a aidé deux qui venaient juste de prendre leur décision. Pas une once de regret. Les gens disaient simplement : « Ah, Bertha, c’est super que tu sois ici. » « Ah, Fred, qu’est-ce que tu fais ici? »

    L’expression sur les visages de ceux qui étaient venus à l’avant disait : « Qu’est-ce que je fais donc ici? Vraiment? J’étais assis à ma place, je suis venu comme ça. Et tout d’un coup, me voici en avant », attiré par une manipulation psychologique. Cet homme avait un taux de rechute de ces convertis de 96%… 96%. Cette statistique est la dernière que j’ai eue, et je ne crois pas que les autres 4% ont tenu. À moins qu’ils soient restés dans un club social chrétien, je ne sais pas.

    Le vrai converti dit : « Malheur à moi. Je suis défais. Mon Dieu, ayez pitié de moi, car je suis un pécheur. »


    © 2012 BonnePersonne.org