Retour à la page d'accueil
BonnePersonne.org    

Matériels évangéliques en français!      

 
Traités virtuels
  • BonnePersonne.com
  • BonnePersonne.net
  • Entretien avec Dieu
  • trouverDieu.com
  • Documents (français)
  • Le secret le mieux gardé
        de l'enfer
  • Vrai ou fausse conversion
  • Comment utiliser
        efficacement la loi
  • Les dix commandements
  • Livres (français)
  • La Voie du Maître
  • Pourquoi le christianisme?
  • Audio (mp3)
  • Le secret le mieux gardé
        de l'enfer
  • Vrai ou fausse conversion
  • Autres Documents
  • Résultats du sondage
  • Autres langues
  • Acheter traités évangéliques
  • Living Waters Canada
  • Liens (anglais)
  • Online Comic Tract
  • Are You a Good Person?
  • Way of the Master
  • Living Waters Canada
  • Living Waters USA
  • Ambassador's Alliance
  • School of Biblical Evangelism
  • Revival's Golden Key (pdf)
  • Other Languages
  • Contactez-nous
    info@BonnePersonne.org

    Traités évangéliques français
    Million du Quebec
    Billet d'un million du Québec
    (100 par paquet)

    Êtes-vous une bonne personne?
    Êtes-vous une bonne personne?
    (100 par paquet)

    Utiliser cette page
    comme page de démarrage
    Ajouter cette page
    à vos favoris
      Dites-le à un ami
    Le secret le mieux gardé de l'enfer

     

    Le secret le mieux gardé de l'enfer



    Ray Comfort

    Traduit par Pascal Bougie

     

    Vers la fin des années '70, Dieu m’a grandement béni en me permettant d’ouvrir un ministère itinérant. Lorsque j’ai commencé à voyager, j'ai pris connaissance des statistiques de croissance des églises. Et j’ai trouvé, à mon horreur, que quelque chose comme 80% à 90% de ceux prenant une décision pour le Christ tombaient loin de la foi. C'est-à-dire, l'évangélisation avec ses méthodes modernes crée quelque chose comme 80 à 90, de ce que nous appelons généralement des relaps, pour chaque 100 décisions pour le Christ.

     

    Laissez-moi rendre cette statistique plus vraie pour vous. En 1991, une dénomination importante aux États-Unis a obtenu 294 000 décisions pour le Christ. C'est-à-dire qu'en un an, cette dénomination comprenant plus de 11 500 églises a obtenu 294 000 décisions pour le Christ. Malheureusement, ils ne pouvaient seulement trouver que 14 000 de ceux-ci à l’église. Ils ne pouvaient pas trouver 280 000 de ces décisions, et ce sont des résultats évangéliques modernes normaux. J’ai pris connaissance de ces statistiques vers la fin des années '70, et cela m’a grandement préoccupé. J'ai commencé à étudier l’épître aux Romains attentivement. J’ai regardé comment les grands prédicateurs du passé, tel que Spurgeon, Wesley, Moody, Finney, Whitfield, et Luther ont proclamé l’évangile. J’ai trouvé qu’ils employaient un principe qui est presque entièrement négligé par les méthodes évangéliques modernes. J'ai alors commencé à enseigner ce principe. J'ai été invité par la suite à situer notre ministère dans le sud de la Californie, dans la ville de Bellflower, pour apporter spécifiquement cet enseignement à l'église des États-Unis. Les choses étaient tranquilles pendant les trois premières années, jusqu'à ce que je reçoive un appel de Bill Gothard qui avait vu l'enseignement sur vidéo. Il m'a fait venir par avion jusqu’à San Jose, au Nord de la Californie, où j’ai partagé ce message avec mille pasteurs. Puis, en 1992,  il a présenté cette vidéo à 30 000 pasteurs. La même année, David Wilkerson m’a appelé de New York. Il m’a appelé de sa voiture (il venait d’écouter l'enseignement dans sa voiture et il m’a téléphoné avec son cellulaire). Immédiatement, il m’a transporté par avion à 4 000 kilomètres de L.A., à New York, pour partager cet enseignement d'une heure avec son église. David Wilkerson donna une grande importance à cet enseignement. Et récemment, j'ai entendu parler d'un pasteur qui avait écouté la cassette 250 fois. Je serais heureux si vous écoutiez une seule foi cet enseignement qui s'appelle « Le secret le mieux gardé de l'enfer ».

     

    La Bible nous dit dans le psaume 19 verset 7 : « La loi de l'Éternel est parfaite, elle restaure l'âme. » Qu’est-ce qui est parfaite, selon la Bible, et restaure l'âme? Les Saintes-Écritures nous répondent clairement. La loi du Seigneur est parfaite, elle restaure l'âme. Illustrons maintenant le rôle de la loi de Dieu en la comparant à une cour de justice civile. Imaginez que je vous dise : « J’ai une bonne nouvelle pour toi. Quelqu'un vient tout juste de payer ton amande de 25 000 $ pour vitesse excessive. » Vous réagiriez probablement en disant, « De quoi parles-tu? Ce n'est pas une bonne nouvelle. Ça ne fait aucun sens. Je n'ai pas d’amande de 25 000 $ à payer. » Ma bonne nouvelle ne serait pas une bonne nouvelle pour vous. Elle serait insensée. Mais, plus que ça, mon message vous insulterait, parce que j’ai insinué que vous avez violé la loi, quand vous ne pensez pas l’avoir fait. Cependant, si je vous approche d'une autre façon, mon message peut sembler plus raisonnable: « Sur le chemin pour vous rendre à cette réunion, la police vous a vu rouler à 90 kilomètres-heure dans une zone spéciale pour enfants aveugles. Il y avait dix panneaux d'avertissements clairs et précis déclarants que 25 kilomètres-heure étaient la vitesse maximum. Mais, vous avez foncé à travers l’intersection à 90 kilomètres-heure. Ce que vous avez fait est extrêmement dangereux. Il y a une amande de 25 000 $. La loi était sur le point de prendre son cours, quand quelqu'un que vous ne connaissez même pas est intervenu et a payé l'amende pour vous. Vous êtes très chanceux. »

     

    Pouvez-vous voir que, lorsque je prends d'abord le temps de vous expliquer clairement et avec précision ce que vous avez fait de mal au début, mon message devient ensuite réellement une bonne nouvelle. Si je n'apporte aucune explication claire démontrant que vous avez violé la loi, alors la bonne nouvelle semblera absurde et même insultante. Mais, une fois que vous comprenez que vous avez violé la loi, alors la bonne nouvelle devient en effet une bonne nouvelle.

     

    De la même façon, si j'approche un pécheur non repenti et je lui dis, « Jésus-Christ est mort sur la croix pour tes péchés », ça sera absurde et insultant pour lui. Absurde parce que cela ne fera aucun sens pour lui. La Bible dit: « La prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent » (1 Cor. 1:18). Et ce sera insultant parce que j’insinue qu’il a commis des péchés alors qu'il pense tout à fait le contraire. En ce qui le concerne, il y a un bon nombre de gens bien plus mauvais que lui. Mais, si je prends le temps de suivre les pas de Jésus, mon message fera plus de sens. Si je prends le temps d'ouvrir la loi divine, les dix commandements, et montrer avec précision au pécheur ce qu'il a fait de mal, qu'il a offensé Dieu en violant sa loi, alors il deviendra comme Jacques dit : « condamnés par la loi comme des transgresseurs » (Jacques 2:9). La bonne nouvelle de l'amende payée pour lui ne sera pas absurde. Il ne sera pas insulté. Ce sera « une puissance de Dieu pour le salut » (Rom. 1:16). 

     

    Avec ces quelques pensées à l'esprit en tant qu'introduction, regardons maintenant Romains 3, verset 19. Nous regarderons certaines des fonctions de la loi de Dieu pour l'humanité. Romains 3, verset 19 dit : « Or, nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu. » Donc, une fonction de la loi de Dieu est d'arrêter la bouche,  pour arrêter les pécheurs se justifiant en disant : « Il y a bon nombre de personnes plus mauvaises que moi.  Je ne suis pas une mauvaise personne. Vraiment. » Non. La loi arrête la bouche de la justification. La loi laisse le monde entier, pas simplement les Juifs, mais le monde entier coupable devant Dieu.

     

    Romains 3, verset 20 dit : « Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi, puisque c'est par la loi que vient la connaissance du péché. » Ainsi, la loi de Dieu nous indique ce que le péché est. 1 Jean 3:4 dit : « Le péché est la transgression de la loi. » Paul dit, dans Romains 7, verset 7: « Que dirons-nous donc? La loi est-elle péchée? Loin de là! Mais je n'ai connu le péché que par la loi. » Paul dit : « Je ne savais pas ce que le péché était jusqu'à ce que la loi me l’indique. » Dans Galates 3:24, nous lisons : « Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi. » La loi de Dieu agit en tant que maître pour nous apporter à Jésus-Christ pour que nous puissions être justifiés par la foi dans son sang.  La loi ne nous aide pas, elle nous laisse délaissés. Elle ne nous justifie pas, elle nous laisse coupables devant le jugement de Dieu.

     

    Autour du tournant du siècle dernier, les chrétiens ont abandonné la loi dans sa capacité de convertir l'âme et de conduire les pêcheurs au Christ. La tragédie de l'évangélisation moderne est qu’elle a dû, donc, trouver une autre raison pour que les pécheurs répondent à l’évangile. La façon par laquelle l'évangélisation moderne a choisi d'attirer les pêcheurs est par la promesse d’une « meilleure qualité de vie ». L’évangile s'est dégénéré et est devenu « Jésus vous donnera la paix, la joie, l'amour, la satisfaction et le bonheur durable. » Pour illustrer la nature non biblique de cet enseignement très populaire, je voudrais que vous écoutiez très soigneusement l’anecdote suivant, parce que l'essence de ce que je dis pivote sur cette illustration particulière. Veuillez ainsi écouter soigneusement.

     

     Deux hommes sont assis dans un avion. On donne un parachute au premier passager et on lui dit de le mettre car ça améliorera son vol. L’homme est un peu sceptique, d'abord parce qu'il ne peut pas voir comment le port d'un parachute dans un avion pourrait possiblement améliorer le vol. Après un moment, il décide d'expérimenter et de voir si la réclamation est vraie. Comme il le met sur son dos, il note le poids sur ses épaules, et il a de la difficulté à s’asseoir droit. Cependant, il se console avec le fait qu'on lui ait dit que le parachute améliorerait le vol. Ainsi, il décide de donner à cette chose un peu de temps. Pendant qu'il attend, il note que certains autres passagers rient de lui, parce qu'il porte un parachute dans un avion. Il commence à se sentir humilié. Les gens le pointent du doigt et rient plus fort. Il ne peut plus les supporter. Il se lève de son siège, détache le parachute, et le jette sur le plancher. La désillusion et l’amertume remplissent son coeur parce qu'en ce qui le concerne, on lui a dit un pur mensonge.

     

    Le deuxième homme reçoit aussi un parachute. Mais, écoutez ce qu'on lui dit. On lui dit qu’il doit mettre le parachute parce qu'à tout moment il sautera hors de l'avion à 7 600 mètres d’altitude. Il le met avec reconnaissance. Il ne note pas le poids sur ses épaules, ni le fait qu’il ne peut pas s'asseoir droit. Son esprit est consommé par des pensées de ce qui lui arriverait s'il sautait sans ce parachute.

     

    Analysons le motif et le résultat de l'expérience de chaque passager.  La seule raison pour laquelle le premier homme a mis le parachute est pour améliorer son vol. Le résultat de son expérience était qu'il a été humilié par les passagers, il a été désillusionné et il est rempli d’amertume envers ceux qui lui ont donné le parachute. En ce qui le concerne, ça prendra un bon bout de temps avant que quelqu’un lui fasse mettre une de ces choses-là sur son dos. Pour ce qui est du deuxième homme, la seule raison pour laquelle il a mis le parachute est pour échapper au saut éventuel. Et, en raison de sa connaissance de ce qui lui arriverait sans parachute, il a une joie profondément enracinée et une paix dans son coeur sachant qu'il est sauvé d’une mort sûre. Cette connaissance lui donne la capacité de résister aux moqueries des autres passagers. Son attitude envers ceux qui lui ont donné le parachute est une de gratitude sincère.

     

    Écoutez maintenant ce que l’évangile moderne dit. Il dit : « Acceptez le Seigneur Jésus-Christ. Il vous donnera l'amour, la joie, la paix, la satisfaction et le bonheur durable. » En d'autres termes, « Jésus améliorera votre vol. » Ainsi, le pêcheur accepte de façon expérimentale le Sauveur pour voir si les réclamations sont vraies. Et qu'obtient-il? La tentation, les épreuves et la persécution promise. Les autres passagers le ridiculisent. Que fait-il donc? Il enlève le Seigneur Jésus-Christ, il est offensé à cause de ce qu’il lui a été dit (Marc 4:17), il est désillusionné et a de l’amertume (avec raisons). On lui a promis la paix, la joie, l'amour, la satisfaction et le bonheur durable, et tout ce qu'il a obtenu sont les problèmes, les épreuves et l’humiliation. Son amertume est orientée vers ceux qui lui ont donné la prétendue « bonne nouvelle ». Il est moins bien qu’au début. Un autre relaps inoculé et amer.

     

    Au lieu de prêcher que Jésus améliore le vol, nous devrions avertir les passagers qu'ils vont devoir sauter de l'avion. Qu'il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement (Hébreux 9:27). Et quand un pécheur comprend les conséquences terrifiantes de briser la loi de Dieu, il se tournera vers le Sauveur uniquement pour échapper à la colère contre lui. Et si nous sommes des témoins vrais et fidèles, c’est ce que nous prêcherons. Qu’il y a une colère qui viendra contre tous! Dieu « annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu'ils aillent se repentir » (Actes 17:30). Pourquoi? « Parce qu'Il a fixé un jour où Il jugera le monde selon la justice » (verset 31). Vous voyez, ce n’est pas une question de bonheur, mais de justice. Il n'importe pas comment heureux est un pécheur, combien il apprécie « pour un temps la jouissance du péché » (Hébreux 11:25). Sans la justification du Christ, il périra le jour de la colère. « Au jour de la colère, la richesse ne sert à rien; mais la justice délivre de la mort. » (Prov. 11:4). La paix et la joie sont les fruits légitimes du salut, mais il n'est pas légitime d’employer ces fruits pour attirer une personne vers le salut. Si nous continuons à faire ainsi, les pécheurs répondront avec des motifs impurs et avec une absence de repentance.

     

    Pouvez-vous vous rappeler pourquoi le deuxième passager avait la joie et la paix dans son coeur? C’était parce qu'il savait que le parachute allait le sauver de la mort sûre. Et comme croyant j'ai, tout comme Paul, « toute joie et toute paix dans la foi » (Rom. 15:13), parce que je sais que le sacrifice du Christ va me délivrer de la colère qui doit venir. Avec cette pensée à l'esprit, jetons un coup d'oeil sur un incident à bord de l'avion. Une nouvelle hôtesse vient d’être embauchée. C'est son premier jour et elle a l’intention de se faire remarquer. Et c’est exactement ce qui arriva. En transportant du café bouillant, elle s’est enfargée et a renversé le café sur notre deuxième passager. Quelle sera sa réaction lorsque le liquide bouillant touchera à sa tendre chaire? Il criera sans doute de douleur. Mais, pensez-vous alors qu’il enlèvera le parachute de ses épaules pour le jeter sur le plancher en disant « qu’elle parachute stupide! »? Non. Pourquoi devrait-il?  Il n'a pas mis le parachute sur son dos pour un meilleur vol. Il l'a mis sur son dos pour le sauver du saut à venir. L'incident du café chaud pourrait même le pousser à accrocher son parachute encore plus serré en attendant impatiemment le saut.

     

    Si vous et moi avons mis le Seigneur Jésus-Christ pour le bon motif, pour être sauvé de la colère qui doit venir, alors, quand les problèmes frapperont et quand le vol deviendra désagréable, nous ne nous fâcherons pas contre Dieu. Nous ne perdrons pas notre joie et notre paix. Pourquoi devrions-nous? Nous ne sommes pas venus à Jésus pour une vie heureuse. Nous sommes venus pour être sauvés de la colère qui doit venir. Les problèmes conduisent plutôt le vrai croyant plus près du sauveur. Et, tristement, il y a des multitudes de gens se professant chrétiens qui perdent leur joie et leur paix quand le vol devient désagréable. Pourquoi? Ces prétendus chrétiens sont le produit d'un évangile centré sur l’homme. Ils sont venus à Jésus sans repentance, sans laquelle vous ne pouvez pas être sauvés.

     

    J'étais récemment en Australie pour évangéliser (l'Australie est une petite île sur la côte de la Nouvelle-Zélande). Et j'ai prêché le péché, la loi, la justice, la sainteté, le jugement, la repentance, et l'enfer. Je n'ai pas été écrasé par la quantité de personnes voulant « donner leurs coeurs à Jésus ». Plutôt, l'atmosphère était très tendue. Après la réunion, ils m'ont dit « il y a un jeune homme en arrière qui veut donner sa vie au Christ ». Je me suis rendue jusqu’en arrière et j’ai trouvé un jeune adolescent qui ne pouvait pas prier la prière de repentance, parce qu'il pleurait tellement fort. Pour moi, c’était tellement rafraîchissant, parce que, pendant beaucoup d'années, j'ai souffert de la maladie « de la frustration évangélique ». J'ai tellement voulu que les pécheurs répondent à l’évangile, que j’aie inconsciemment prêché un message centré sur l’homme. L'essence de ce message était: « Vous ne trouverez jamais la vraie paix sans Jésus. Vous avez un vide en forme de Dieu dans votre cœur, que seulement Dieu peut remplir. » Je prêchais le Christ crucifié, la repentance, mais non la loi. Lorsqu’un pécheur répondait à l’invitation et s’avançait vers l’avant, je me disais : « Oh non! Cette personne veut donner son coeur à Jésus. Il y a 80% des chances que cette personne devienne un relaps. Je suis fatigué de créer des relaps. Donc, je ferais mieux de m'assurer que cette personne-là le veut vraiment. Il a avantage à être vraiment sincère! » Je me suis mis à marcher vers un homme qui s’était avancé pour accepter Jésus. J’ai approché le pauvre type dans un esprit de Gestapo, et j’ai dit : « Que voulez-vous? »  Il a dit : « Je suis ici pour devenir un chrétien. »  Je répondis : « Le désirez-vous? »  Il a dit : « Ouais. »  J’ai dit : « le DÉSIREZ-VOUS VRAIMENT!? »  Il a dit : « Ouais, je pense. »  « Correct, je prierai avec vous, mais vous devez le désirer dans votre coeur. »  Il dit, « Correct, correct. » « Répétez cette prière sincèrement après moi, le désirant dans votre cœur,  sincèrement et vraiment dans votre coeur, et assurez-vous de le dire vraiment sincèrement, dans votre cœur. » « Oh Dieu, je suis un pêcheur. » Il dit : « Eh... Oh, Dieu, je suis un pêcheur. » Pendant ce temps, je pensais « Pourquoi n'a t’il pas de signes évidents de contrition. Il n'y a aucun signe externe démontrant que ce type est désolé à l'intérieur pour ses péchés. »  Si j’avais pu voir ses motifs, j'aurais vu qu'il était 100% sincère. Il voulait vraiment prendre cette décision avec tout son coeur. Il a sincèrement voulu donner une chance à ce Jésus pour voir ce qu'il pourrait faire. S’il pouvait le faire « buzzer » à l’intérieur. Il avait essayé le sexe, la drogue, les biens matériels et l’alcool. « Pourquoi pas essayer l’expérience chrétienne un peu et voir si c’est aussi bon que tous ces chrétiens disent que c’est : paix, joie, amour, satisfaction et bonheur durable. » Il ne se sauvait pas de la colère qui devait venir, parce que je ne lui avais pas dit qu’il y avait une colère à venir. Il y avait cette omission flagrante dans mon message. Il n'était pas brisé par la contrition, parce que le pauvre type n'a pas su ce qu'était le péché. Vous rappelez-vous Romains 7, verset 7? Paul a dit : « Je n'avais pas su le péché, mais par la loi. » Comment un homme peut-il se repentir s'il ne sait pas ce qu'est le péché? Ce genre de prétendue repentance serait ce que j’appelle une « repentance horizontale ». Il vient parce qu'il a menti aux hommes, il a volé des hommes. Mais quand David a péché avec Bathsheba et a brisé chacun des dix commandements (quand il a convoité l'épouse de son voisin, vécut un mensonge, a volé l'épouse de son voisin, commit l’adultère, commit un meurtre, déshonoré ses parents, et ainsi déshonoré Dieu), il n'a pas dit : « J'ai péché contre l'homme. » Il a dit à Dieu : « J'ai péché contre toi seul, et j'ai fait ce qui est mal à tes yeux » (Ps 51:4). Quand Joseph a été tenté sexuellement, il a dit : « Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Dieu? » (Genèse 39:9). Le fils prodigue a dit : « J’ai péché contre le Ciel » (Luc 15:21). Paul a prêché la « repentance envers Dieu » (Actes 20:21). Et la Bible dit : « La tristesse selon Dieu produit une repentance au salut » (2 Cor. 7:10). Et quand un homme ne comprend pas que son péché est principalement vertical, il exercera une repentance superficielle, expérimentale, et horizontale, et il chutera quand les problèmes, la tentation, et la persécution viendront.

     

    A.B. Earl a dit : « J'ai trouvé, avec une grande expérience, que les menaces les plus graves de la loi de Dieu ont une place importante pour conduire les hommes au Christ. Ils doivent se voir perdus avant qu'ils pleurent pour la pitié. Ils n'échapperont pas au danger jusqu'à ce qu'ils le voient. » Maintenant, je voudrais que vous fassiez quelque chose de peu commun. Je ne vous embarrasserai pas. Je vous donne ma parole. Je voudrais vous demander qui parmi vous pensaient à autre chose quand je lisais cette citation d'A.B. Earl? Laissez-moi vous admettre que, je pensais moi-même à autre chose quand je lisais cette citation d'A.B. Earl. Je pensais « personne ne m’écoute. Ils pensent à autre chose. » Ainsi, pour faire une remarque très importante, je voudrais que vous soyez vraiment honnête. Si vous pensiez à autre chose et vous n'avez aucune idée ce qu’A.B. Earl a dit, pourriez-vous lever votre main. Levez-la un peu plus haute. Ces habituellement une demie à trois quarts des gens de la salle. Essayons encore....que Dieu vous bénisse, pasteur, pour votre honnêteté.

     

    A.B. Earl était un évangéliste célèbre du dernier siècle qui a eu 150 000 convertis pour justifier ses réclamations. Satan ne veut pas que vous obteniez une poignée de ceci, ainsi écoutez très attentivement. 

     

    A.B. Earl a dit : «  J'ai trouvé, avec une grande expérience [c'est à dire, le vrai test], que les menaces les plus graves de la loi de Dieu ont une place importante pour conduire les hommes au Christ. Ils doivent se voir perdus avant qu'ils pleurent pour la pitié. Ils n'échapperont pas au danger jusqu'à ce qu'ils le voient. »

     

    Vous voyez, si vous essayez de sauver un homme de la noyade quand l'homme ne croit pas qu'il se noie, il ne sera pas trop heureux avec vous. Vous le voyez nager dans le lac et vous vous dites : « Je pense qu'il se noie. Oui, je le crois. » Vous plongez et vous le ramenez jusqu’au rivage, sans lui dire un seul mot. Il ne va pas être très heureux avec vous. Il ne voudra pas être sauvé jusqu'à ce qu'il voie qu'il est en danger. Ils n'échapperont pas au danger jusqu'à ce qu'ils le voient.

     

    Vous voyez, si vous veniez chez moi et vous me dites, « hé, Ray », et je répons « ouais ». Vous dites : « Ceci est un remède pour la maladie de Groaninzin. J'ai vendu ma maison pour ramasser l'argent pour obtenir ce remède. Je vous le donne gratuitement, comme cadeau. » Je réagirais probablement en disant quelque chose comme ceci: « Quoi?  Un remède pour quoi? La maladie de Groaninzin? Vous avez vendu votre maison pour ramasser l'argent pour obtenir ce remède? Vous me le donnez gratuitement comme cadeau?  Eh… merci beaucoup…  au revoir. » C'est probablement de la façon que je réagirais si vous vendiez votre maison pour ramasser l'argent pour obtenir un remède pour une maladie que je n’ai jamais entendu parlé. Et vous me le donnez gratuitement, comme cadeau. Je penserais que vous êtes plutôt étrange.

     

    Mais, à la place, si vous veniez chez moi pour me dire : « Ray, vous avez la maladie de Groaninzin. Je peux voir dix symptômes clairs sur votre corps. Vous allez mourir dans deux semaines. » Étant devenu convaincu que j’ai cette maladie (les symptômes étaient si évidents), je dis : « Oh non!  Qu’est-ce que je peux faire? » Et vous me dites : « Ne vous inquiétez pas. Voici un remède pour la maladie de Groaninzin. J'ai vendu ma maison pour ramasser l'argent pour obtenir ce remède. Je vous le donne gratuitement, comme cadeau. » Je ne dédaignerais pas votre sacrifice. Je vais l'apprécier et je vais l’approprier. Pourquoi? C’est parce que j'ai vu ma maladie que je pourrai apprécier le remède.

     

    Tristement, ce qui s’est produit aux États-unis et dans le monde occidental est que nous avons prêché le remède sans convaincre d'abord de la maladie. Nous avons prêché un évangile de grâce, sans persuader d'abord les hommes qu'ils ont transgressé la loi. Par conséquent, presque tous ceux à qui je témoigne, dans le sud de la Californie ou dans le sud des États-Unis, sont nés de nouveau 6 ou 7 fois. Si vous leur dites : « Vous devez donner votre vie à Jésus. » Ils répondront : « Eh, j'ai fait cela quand j'avais sept ans, onze ans, dix-sept ans, vingt-trois ans, vingt-cinq ans, vingt-huit ans, trente-deux ans... » Vous savez très bien qu’il n’est pas chrétien. Il est un fornicateur. Il est un blasphémateur, mais il pense qu'il est sauvé parce qu'il « est né de nouveau ». Que se passe-t-il? Il emploie la grâce de notre Dieu pour une occasion de la chair. Il n'estime pas le sacrifice. Pour lui, ce n'est pas une mauvaise chose de profaner le sang du Christ (Hébreux 10:29). Pourquoi? Parce qu’il n'a jamais été convaincu de la maladie pour pouvoir apprécier le remède.

     

    L'évangélisme biblique est toujours, sans exception, la loi pour le fier et la grâce pour l'humble. Vous ne verrez jamais Jésus donner l’évangile, la bonne nouvelle de la croix et de la grâce de notre Dieu, à une personne fière, orgueilleuse ou pharisaïque. Non, non. Avec la loi, il brise le coeur dur. Et avec l’évangile, il guérit le coeur brisé. Pourquoi?  Parce qu’il fait toujours les choses qui font plaisir au Père. Dieu résiste aux orgueilleux et donne la grâce aux humbles (Jacques. 4:6; 1 Pierre 5:5). « Tout coeur hautain », disent les écritures, « est une abomination à l'Éternel » (Prov. 16:5).

     

    Jésus nous dit à qui l’évangile est destiné. Il a dit : « L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue » (Luc 4:18-19). Ce sont des illustrations spirituelles. Les pauvres en esprit sont décrits dans Mathieu 5:3. Les cœurs brisés sont ceux qui sont contrits (Isa. 57:15). Les captifs sont ceux dont Satan a pris comme captif pour faire sa volonté (2 Tim. 2:26). Et les aveugles sont ceux que le dieu de ce monde a aveuglé, de peur que la lumière de l’évangile ne brille sur eux (2 Cor. 4:4). Seuls les malades ont besoin d’un médecin (Marc 2:17), et seulement ceux qui sont convaincus de la maladie apprécieront et s'approprieront le remède.

     

    Maintenant, nous allons regarder très brièvement des exemples de la loi aux orgueilleux et de la grâce aux humbles. Luc 10:25... Luc 10:25. Quand je vous donne une référence d'un passage, je vous la donne deux fois. Parce que je sais qu’il y a des hommes présents, et que les hommes ont besoin qu’on leur dise les choses deux fois.... les hommes ont besoin qu’on leur dise les choses deux fois. Ceci peut être soutenu bibliquement. Quand Dieu parle aux hommes dans la Bible, il emploie leur nom deux fois. « Abraham, Abraham... Saul, Saul... Moises, Moises... Samuel, Samuel... » On doit dire aux hommes les choses deux fois, et aux femmes qu’une seule fois. Je ne sais pas combien de fois, étant confortablement assis dans un banc d’église, le prédicateur a dit « Luc 10:25 ». Je me tourne donc vers mon épouse et je lui demande : « Qu’est-ce qu'il a dit?" Elle dit : « Luc 10:25. »  Je lui dis : « Merci, chéri. » C'est pourquoi Dieu a créé les femmes, parce que les hommes ne peuvent pas survivre laissés à eux-mêmes. Les hommes perdent des choses, et les femmes trouvent ses choses. « Où sont mes clés, mon amour? » « Sur le bout de ton nez, chéri » je ne sais pas combien de fois j'ai ouvert une armoire de cuisine et dit en criant : « Il n’y a pas de miel ici, ma douce! » Elle dit : « Le voici, chéri. » Où serait l'homme sans la femme? Mm? Toujours dans le jardin d'Éden. Ève a trouvé l'arbre. Adam n'a pas vraiment su ce qui se passait. En effet, si vous examinez la création de la femme, la Bible indique que Dieu a mis l'homme dans un sommeil profond. Mais les écritures ne nous disent pas s’il en est sorti.

     

    Dans Luc 10:25, nous voyons qu’un certain avocat s’est levé et a tenté Jésus. C’était un expert dans la loi de Dieu. Il s'est levé et il a dit à Jésus : « Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle? » Qu’est-ce que Jésus a-t il fait? Il lui a donné la loi. Pourquoi? Parce qu’il était fier, arrogant et pharisaïque. Ici, nous avons un expert de la loi de Dieu tentant le fils de Dieu, et le cœur de sa question était : « D’après ce que vous pensez, que devons-nous faire pour obtenir la vie éternelle? » Ainsi, Jésus lui a donné la loi. Il a dit : « Qu'est-il écrit dans la loi? Qu'y lis-tu? » Il répond : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même. » Et Jésus a dit : « Fais cela, et tu vivras. » Alors, les écritures nous disent : « Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus: et qui est mon prochain? » La Living Bible nous apporte plus de clarification de l'effet de la loi sur l'homme. Elle dit : « L'homme a voulu justifier son manque d'amour pour quelques genres de personnes; ainsi, il a demandé, 'quels voisins?' ». Vous voyez, les juifs ne le dérangeaient pas, mais il n'aimait pas les Samaritains. Donc, Jésus lui a alors raconté l'histoire que nous appelons le « bon Samaritain » qui n'était pas « bon » du tout. En aimant son voisin autant qu'il s'aime, il a simplement obéi les conditions de base de la loi de Dieu. Et l'effet, l'essence spirituelle de la loi (ce que la loi exige dans la vérité), a arrêté la bouche de l'homme. Vous voyez, il n'a pas aimé son voisin à ce degré. La loi a été donnée pour arrêter chaque bouche, et pour laisser le monde entier coupable devant Dieu.

     

    De même, dans Luc 18 verset 18, le jeune chef riche est venu à Jésus. Il a dit : « Bon maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle? » Comment la plupart d'entre nous réagiraient si quelqu'un venait à nous en disant : « Comment puis-je avoir la vie éternelle? » Nous dirions : « Oh... vite, répète cette prière avant que tu ne changes d'idée. » Mais, qu’est-ce que Jésus a fait de cette conversion possible? Il l'a dirigé vers la loi. Il lui a donné cinq commandements horizontaux, commandements par rapport aux hommes. Et quand il a dit : « J'ai observé toutes ces choses depuis ma jeunesse. » Jésus dit : « Il te manque encore une chose. » Et il a employé l'essence du premier des dix commandements: « Je suis l’Éternel ton Dieu... Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face. » (Exo. 20:2-3). Il a prouvé à cet homme que son dieu était son argent. « Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon » (Mat. 6:24).  La loi à l’orgueilleux.

     

    Ensuite, nous voyons la grâce qui est donnée à l'humble dans le cas de Nicodème (Jean 3). Nicodème était un chef des juifs. Il était un professeur en Israël. Par conséquent, il avait pleine compréhension de la loi de Dieu. Il était humble de coeur, parce qu'il est venu à Jésus et a reconnu la divinité du fils de Dieu. « Nous savons que Dieu t’as envoyé pour nous apporter un enseignement; car personne ne peut faire les miracles que tu fais, si Dieu n'est avec lui ». Ainsi, Jésus a donné au chercheur sincère de la vérité, qui a eu un coeur humble et une connaissance du péché par la loi, la bonne nouvelle de l'amende qui a été payée. « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique. » Et ce n'était pas une folie pour Nicodème, mais plutôt « une puissance de Dieu pour le salut. »

     

    Nous pouvons voir la même chose dans le cas de Nathaniël (Jean 1:43-51). Nathaniël était un Israélien qui a été élevé sous la loi en action, pas simplement en parole. Il n'y avait rien de faux en lui. Il n'y avait aucune tromperie dans son coeur. Évidemment, la loi était un maître pour apporter ce juif pieu au Christ.

     

    Il en a été de même avec les juifs le jour de Pentecôte (Actes 2). Ils étaient tous des juifs dévoués et pieux, qui ont dormi, mangé et bu les lois de Dieu. Matthew Henry, le commentateur biblique, nous dit que la raison pour laquelle ils étaient recueillis ensemble le jour de la Pentecôte était pour célébrer le moment ou Dieu nous a donné la loi sur le mont Sinaï. Ainsi, quand Pierre s’est levé pour prêcher à ces juifs pieux, il n'a pas prêché la colère. Non, car la loi apporte une connaissance de la colère, et ils le savaient déjà. Il n'a pas prêché la justice ou le jugement. Non, non. Il leur a juste dit la bonne nouvelle de l'amende qui a été payée. Leurs cœurs ont été piqués et ils ont dis : « Frères, que devons-nous faire? » (verset 37). La loi était un maître pour les apporter au Christ, pour qu'ils puissent être justifiés par la foi dans son sang. L’auteur d’un hymne populaire a écrit : « Par la parole de Dieu, je connais finalement mes péchés. Puis, j’ai tremblé devant la loi violée, jusqu'à ce que mon âme coupable m’implore de me tourner vers le Calvaire. »

     

    1 Timothée chapitre 1 verset 8 dit : « Nous n'ignorons pas que la loi est bonne, pourvu qu'on en fasse un usage légitime. » La loi de Dieu est bonne si elle est employée légalement, dans le but pour lequel elle a été conçue. Bien, pour quelle raison la loi a-t-elle été conçue? Le verset suivant nous répond: « La loi n'est pas faite pour le juste, mais pour les méchants. » Elle énumère même les pécheurs: homosexuels, fornicateurs, etc. Si vous voulez conduire un homosexuel au Christ, n'entrez pas dans un argument avec lui au sujet de sa perversion. Il est prêt pour vous avec ses gants de boxe. Non, non. Donnez-lui les dix commandements. La loi a été faite pour les homosexuels. Prouvez-lui qu'il est damné en dépit de sa perversion.

     

    Si vous voulez apporter un juif au Christ, étendez le poids de la loi sur lui. Laissez-la préparer son coeur pour la grâce, comme cela s’est produit le jour de Pentecôte. Si vous voulez apporter un musulman au Christ, donnez-lui la loi de Moises. Ils acceptent Moises en tant que prophète. Donnez-leur la loi de Moises et dépouillez-les de leur pharisaïsme, et apportez-les au pied d'une croix souillée de sang. J'ai entendu parler qu’un musulman avait été sauvé par Dieu simplement en lisant mon livre « Le secret le mieux gardé de l'enfer ». Comment? Parce que la loi du Seigneur est parfaite convertissant l'âme.

     

    Pensez à la femme surprise dans l'acte de l'adultère (Jean 8:1-11), une violation du septième commandement. La loi réclame son sang (Lev. 20:10). Elle s'est retrouvée piégée. Elle n'a eu aucune alternative, mais de se jeter aux pieds du fils de Dieu pour la prendre en pitié, ce qui est le rôle de la loi de Dieu.

     

    Paul nous dit que la loi nous enferme (Gal. 3:23). Elle condamne. Vous dites : « Vous ne pouvez pas condamner les pécheurs. » Mes amis, ils sont déjà condamnés. Jean 3, verset 18 dit : « Celui qui ne croit pas est déjà jugé. » Tout ce que la loi fait est de lui révéler son véritable état.

     

    Mesdames, vous pourriez reconnaître ceci. Votre table de salon a besoin d’être époussetée. Donc, vous l'époussetez. Toute la poussière est partie. Ensuite, vous ouvrez le rideau pour laisser entrer la lumière du soleil du matin. Que voyez-vous sur la table? De la poussière. Que voyez-vous dans l’air? De la poussière. La lumière a-t-elle créé la poussière? Non. La lumière l’a simplement révélée. Et quand vous et moi prenons le temps d’ouvrir le rideau du saint des saints pour laissez la lumière de la loi de Dieu briller sur le coeur des pécheurs, tout ce qui se produit est qu'il se voit dans la vérité. Les commandements sont une lampe et la loi est la lumière (Prov. 6:23). C'est pourquoi Paul a dit : « C'est par la loi que vient la connaissance du péché » (Rom. 3:20). C'est pourquoi il nous dit que par les commandements, le pécher est devenu excessivement grave (Rom. 7:13). En d'autres termes, la loi lui a montré le péché dans sa vraie lumière.

     

    Normalement, à cette étape de cet enseignement, je passe en revue les dix commandements, un à la foi. Mais plutôt, je vais partager avec vous comment je témoigne personnellement avec les gens, car je pense que ce sera plus utile.

     

    Je suis un croyant mature qui marche dans les pas de Jésus. Jamais, oh jamais, j'approche quelqu'un en disant : « Jésus vous aime. » Ce n’est pas biblique du tout. Il n'y a aucun précédent pour cela dans les écritures. Je n'irais pas non plus vers quelqu'un pour lui dire : « Je voudrais vous parler de Jésus-Christ. » Pourquoi? Parce que si je voulais vous réveiller d'un sommeil profond, je n'emploierais pas une lampe-torche dans vos yeux. Cela vous offenserait. J'allumerais la lumière petit à petit et très doucement. D'abord, le naturel, puis le spirituel. Pourquoi?  Parce que « l'homme naturel ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c'est spirituellement qu'on en juge » (1 Cor. 2:14).

     

    Le précédent dans les écritures est donné dans Jean 4, pour le témoignage personnel. Vous pouvez voir l'exemple de Jésus, lors de son interaction avec la femme au puits. Il a commencé dans le domaine naturel, pour ensuite passer au domaine spirituel. Il a apporté la conviction en utilisant le septième commandement, pour ensuite indiquer qu’il est le Messie. Ainsi, quand je rencontre quelqu'un, je vais parler de la température ou de sports. Laissez-les penser que vous êtes sains d'esprit. Prenez le temps de les laisser s’introduire, et même de plaisanter avec eux. Et puis, balancé délibérément du naturel au spirituel. La manière dont je fais ceci est que j'emploie des traités évangéliques. Nous avons quelque chose comme 24 ou 25 différents traités. Nous sommes un ministère au service du corps du Christ. Nous avons imprimé des millions et des millions de traités, qui sont très originaux et hors de l’ordinaire. Si vous commencez à en distribuer, assurez-vous d’en avoir un bon nombre sur vous, car les gens vont vous poursuivre pour en demander d’autres. Laissez-moi vous donner un exemple. Voici notre traité d'illusion d’optique. Lequel est le plus grand? Le rose est-il le plus grand? Pouvez-vous voir cela? Ils sont de la même taille. C'est une illusion d’optique. Je leur dis : « C'est un traité évangélique. Les instructions sont à l’arrière... comment obtenir le salut. Vous pouvez le garder. » Et ils disent : « Hé...  merci beaucoup! Wow …. C’est cool ! »

     

    « J’ai un autre cadeau pour vous. » Et je sors de ma poche un sou avec les dix commandements imprimés dessus. Nous avons une machine qui fait ceci. Nous achetons des sous neufs de la banque, des beaux sous dorés brillants, que nous introduisons dans une machine qui les pressent pour y inscrire les dix commandements. C’est tout à fait légal de faire cela. C’est considéré comme de l’art. Nous ne défigurons pas l’argent. Ainsi, je dis : « Voici un cadeau. » Ils disent : « Oh... qu'est-ce que c’est? » Je dis : « C'est un sou avec les dix commandements dessus. Je l'ai fait avec mes dents. Les « i » sont faciles à faire, mais les « e » sont vraiment difficiles. »

     

    Ce que je fais ensuite est de palper pour voir si la personne est ouverte aux choses spirituelles. Si elle dit négativement : « Dix commandements? Merci beaucoup. » Elle n'est pas ouverte. Mais, la réaction habituelle est : « Dix commandements... hé, merci! J'apprécie ceci. »  Je dis : « Pensez-vous que vous avez gardé les dix commandements? » Il dit : « Ouais... pas mal tous. »  Je dis : « Regardons-les. As-tu déjà dit un mensonge? » Il dit : « Ouais... ouais, un ou deux. »  Je dis : « Qu’est-ce vous êtes si vous dites un mensonge? »  Il dit : « Un pécheur. »  Je dis : « Non, non. Spécifiquement, qu’est-ce que ça fait de vous? »  Il dit : « Bien, humain. Je ne suis pas un menteur. »  J'explique : « Combien de mensonges doit-on dire, pour être un menteur? Dix et une cloche sonne et ce mot apparaît à travers votre front? N'est-il pas vrai que si vous dites un mensonge, vous êtes un menteur? »  Il dit : « Ouais... je vois que vous avez raison. »  Je dis : « Avez-vous déjà volé quelque chose? »  Il dit : « Non. »  Je dis : « Voyons! Vous venez tout juste d’admettre que vous êtes un menteur. »  Je dis : « Jamais volé quelque chose, même si c’est petit? » Et il dit : « Ouais. »  Je dis : « Qu’est-ce vous êtes si vous avez déjà volé quelque chose? »  Il dit : « Un voleur. »  Je dis : « Jésus dit que si vous regardez une femme et que vous la convoitez, vous commettez l'adultère avec elle dans votre coeur (Mat. 5:28). Avez-vous déjà fait ça? »  Il dit : « Ouais, plusieurs fois. »  « Vous venez d’admettre que vous êtes un menteur, un voleur, un adultère de coeur, et vous devez faire face à Dieu le jour du jugement. Et nous avons seulement regardé trois des dix commandements. Il y en a encore sept avec leurs canons dirigés vers vous. Avez-vous déjà utilisé le nom de Dieu en vain? » « Ouais... j'avais essayé d'arrêter. »  « Vous savez ce que vous faites? Au lieu d'employer un mot d'ordures pour exprimer le dégoût, vous employez plutôt le nom de Dieu. Cela s'appelle le blasphème, et la Bible dit : « Au jour du jugement, les hommes rendront compte de toutes paroles vaines qu'ils auront proférées » (Mat. 12:36). « L’Éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain » (Ex. 20:7). La Bible dit aussi que si vous détestez quelqu'un, vous êtes un meurtrier (1 Jean 3:15). » 

     

    La chose merveilleuse au sujet de la loi de Dieu est que Dieu a pris le temps de l’écrire sur notre coeur. Romains 2, verset 15 dit : « ... la loi est écrite dans leurs coeurs, leur conscience en rendant témoignage... » Le mot conscience signifie « avec connaissance ». Con signifie « avec », et science signifie « connaissance ». Conscience. Ainsi, quand quelqu’un commet la convoitise, la fornication, le blasphème ou l'adultère, il le fait avec la connaissance que c'est mal. Dieu a donné la lumière à chaque homme. L'Esprit-Saint « convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement » (Jean 16:8). Le péché est une transgression de la loi (1 Jean 3:4), la justice nous vient de la loi (Rom 10:5, Philip. 3:9) et le jugement est par la loi. Sa conscience l'accuse, l’oeuvre de la loi écrite sur son coeur (Rom 2:15), et la loi le condamne.

     

    Je dis donc : « Si Dieu vous juge le jour du jugement, en se servant des 10 commandements, allez-vous être coupable ou innocent? » Il dit : « Coupable ». Je dis : « Bien. Où irez-vous? Au ciel ou en enfer? » Et la réponse habituelle est « au ciel ». Un produit de l’évangile moderne. Je dis : « Pourquoi pensez-vous ça? Est-ce parce que vous pensez que Dieu est bon et qu’il ne tiendra pas compte de vos péchés? »  Il dit : « Oui, c’est ça. Il ne tiendra pas compte de mes péchés. » « Essayez ça à la cour. Vous avez commis un viol, un meurtre, vendu de la drogue, des crimes très sérieux. Le juge dit : 'Vous êtes coupable. Toutes les preuves sont ici. Avez-vous quelque chose à dire avant que j’annonce la sentence?'  Et vous dites : 'Oui, juge. Je voudrais dire que je crois que vous êtes une bonne personne et que vous ne tiendriez pas compte de mes crimes.' Le juge dirait probablement : 'Vous avez raison sur une chose. Je suis une bonne personne, et en raison de cette qualité, je dois m’assurer que justice soie faite. À cause de ma bonté, je dois m’assurer que vous serez punis.' » La façon par laquelle les pécheurs espèrent être sauvés le jour du jugement, par la bonté de Dieu, sera la façon par laquelle Il les condamnera. Puisque Dieu est bon, il doit par sa nature punir les meurtriers, les violeurs, les voleurs, les menteurs, les fornicateurs et les blasphémateurs. Dieu va punir le péché partout où on le trouve. 

     

    Ainsi, avec cette connaissance, il peut maintenant comprendre. Il a maintenant la lumière que son péché est principalement vertical. Qu'il a « péché contre le ciel » (Luc 15:21). Qu'il a violé la loi de Dieu. Qu'il a irrité Dieu. Et que la colère de Dieu demeure sur lui (Jean 3:36). Il peut maintenant voir qu'il « a été pesé dans la balance » de la justice éternelle et « trouvé léger » (Dan. 5:27). Il comprend maintenant le besoin d’un sacrifice. Le « Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous » (Gal. 3:13).  « Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous » (Rom. 5:8). Nous avons violé la loi, il a payé l'amende. C’est aussi simple que ça. Et si un homme ou une femme se repenti et met sa foi en Jésus, Dieu enlèvera leurs péchés de sorte qu’au jour du jugement, quand leur tour viendra d’être jugé, Dieu pourra dire : « Votre cas est écarté pour manque de preuve. » « Le Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous. » Et, en conséquence, il faut exercer la repentance envers Dieu, la foi en notre Seigneur Jésus-Christ (Actes 20:21), et « quiconque met la main à la charrue, et regarde en arrière, n'est pas propre au royaume de Dieu » (Luc 9:62). Ce mot propre veut dire « prêt pour être utilisé ». On a tourné le sol de son coeur pour qu'il puisse recevoir la parole plantée qui peut sauver son âme (Jacques 1:21).

     

    Je n'ai pas le temps de partager avec vous toutes les citations, mais vous pouvez les retrouver dans notre littérature. Je suis sûr que vous allez reconnaître ces noms. John Wycliffe, le traducteur de Bible, a dit : « Le service le plus élevé qu’un homme peut obtenir sur terre est de prêcher la loi de Dieu. » Pourquoi? Puisqu'elle conduit les pécheurs à la foi dans le sauveur, à la vie éternelle. Martin Luther a dit : « Le premier devoir du prédicateur de l’évangile est de déclarer la loi de Dieu et de montrer la nature du péché. » Ces hommes avaient tellement de conviction que vous pouvez entendre leurs dents grincer pendant que nous lisons ces citations. Ils disent des choses comme : « Si vous n'employez pas la loi dans la proclamation de l’évangile, vous allez remplir vos églises de faux convertis. » C'est-à-dire, des auditeurs du sol pierreux qui recevront la parole avec joie et bonheur.

     

    Écoutez ce que Martin Luther a dit : « Satan, le dieu de toute la dissension, encourage à tous les jours la création de nouvelles sectes. Et dernièrement, celles dont je n’avais jamais prévu ou même suspecté. Il a soulevé un mouvement qui enseigne que les hommes ne devraient pas être terrifiés par la loi, mais qu’ils devraient plutôt être doucement encouragés par la prédication de la grâce du Christ. » Qu’est-ce que Luther dit? Il dit : « Écoutez, les gars, il y a une secte démoniaque satanique qui vient juste d’apparaître. Je n’aurais jamais cru que ça pouvait arriver. Satan a fait apparaître une secte qui enseigne que les hommes ne devraient pas être terrifiés par la loi, mais doucement encouragés par la prédication de la grâce du Christ » ce qui résume parfaitement la majeure partie de notre évangélisme moderne.

     

    John Wesley a dit par écrit à un jeune ami évangéliste : « Prêchez 90% du temps la loi et 10% du temps la grâce. » Vous dites « 90% la loi et 10% la grâce? C’est un peu lourd. Ça ne pourrait pas être 50-50. » Pensez-y bien. Je suis un docteur, vous êtes un patient. Vous avez une maladie terminale. J'ai un traitement, mais il est absolument essentiel que vous soyez totalement dédié à ce traitement. Si vous n'êtes pas 100% dédiés, cela ne fonctionnera pas. Comment est-ce que je vais m'y prendre? Probablement comme ceci. « Entrez. Asseyez-vous. J'ai des mauvaises nouvelles pour vous. Vous avez une maladie terminale. » Je vous vois commencer à trembler. Je me dis : « Bon. Il commence à voir le sérieux de sa situation. »  Je vous montre des diagrammes. Je vous montre des rayons X. Je vous montre le poison qui s'infiltre dans votre système. Je vous parle pendant dix minutes, vous expliquant les détails de cette maladie terrible. Combien de temps, alors, pensez-vous que je vais devoir parler du traitement? Pas longtemps du tout. Quand vous vous assoyez, tremblant, après ces dix minutes, je dis simplement : « Justement, voici le traitement. » Vous le saisissez et vous l’avalez rapidement. Votre connaissance de la maladie et de ses conséquences terribles vous a incité à désirer le traitement.

     

    Vous voyez, avant que je devienne un chrétien, j'avais autant de désir pour la droiture morale qu'un garçon de quatre ans a pour le mot « bain ». Quel est le point? Jésus dit : « Bénis sont ceux qui sont affamés et assoiffés de justice. »  Combien de non chrétiens connaissez-vous qui sont affamés et assoiffés de justice? La Bible nous dit : « Nul ne cherche Dieu » (Rom. 3:11).  Ils aiment plutôt l'obscurité et détestent la lumière. Ils ne viendront pas n’ont plus à la lumière de peur que leurs œuvres mauvaises ne soient exposées (Jean 3:19-20). La seule chose qu'ils boivent est l’iniquité comme de l'eau (Job 15:16). Mais la nuit où j'ai été confronté à la nature spirituelle de la loi de Dieu, j’ai compris que Dieu demande la vérité du fond du coeur (Ps. 51:6), qu’Il voit toutes mes pensées secrètes et qu’Il considère les désirs sexuels comme étant l'adultère, la haine comme un meurtre. J'ai enfin dit : « Je peux voir que je suis condamné. Que dois-je faire pour devenir droit? » J'ai commencé à avoir une soif pour la droiture morale. La loi a mis le sel sur ma langue. C'était un maître pour m'apporter au Christ. 

     

    Charles Spurgeon a dit : « Ils n'accepteront jamais la grâce jusqu'à ce qu'ils tremblent devant une loi juste et sainte. » John Newton, qui a écrit la chanson « Amazing Grace » (et si quelqu’un avait vécu la grâce, c’est bien Newton), a dit : « La bonne compréhension de l'harmonie entre la loi et la grâce est d’empêcher les erreurs et la confusion du côté droit et du côté gauche. »  Et Charles Finney a dit : « La loi doit toujours préparer le chemin pour l’évangile. »  Il a aussi dit : « Ignorer ceci dans l’enseignement des âmes est presque sûr d'avoir comme conséquence de faux espoirs, l'introduction d'un faux standard d'expérience chrétienne, et de remplir les églises de faux convertis. »

     

    Mes amis, la première chose que David Wilkerson m’a dit, quand il m'a appelé de son téléphone cellulaire, était : « Je pensais que j'étais le seul qui ne croyait pas au suivi. » Je crois qu'il faut nourrir un nouveau converti. Je crois qu'il faut l'encourager et aider son développement (c’est biblique et vraiment nécessaire). Mais je ne crois pas qu'il faut le suivre. Je ne peux pas trouver ceci dans les écritures. L'eunuque éthiopien a été laissé sans suivi. Comment pourrait-il survivre? Tout ce qu'il a eu est Dieu et les écritures. Laissez-moi maintenant expliquer ce qu’est le suivi, pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas. Le suivi est quand nous obtenons des décisions, à des croisades ou à l'église locale, et nous prenons les travailleurs du champ de moisson, qui sont déjà peu nombreux, et nous leur donnons cette tâche décourageante de courir après ces décisions et de s'assurer qu’elles continuent pour Dieu. Ceci est une triste admission du niveau de confiance que nous avons dans la puissance de notre message et dans la puissance de Dieu. Si Dieu les a sauvés, Dieu les gardera. S'ils sont nés de Dieu, ils ne mourront jamais.  S'Il a commencé un bon travail en eux, Il l'accomplira à ce jour (Philip. 1:6). S'Il est l'auteur de leur foi, Il sera la fin de leur foi (Héb. 12:2). Il peut les sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui (Héb. 7:25). Il peut les empêcher de tomber et les présenter sans fautes dans la présence et la gloire avec une joie débordante (Jude 24).  Jésus dit : « Personne ne peut les ravir de la main de mon père » (Jean 10:29).

     

    Vous voyez, le problème est que Lazare est resté mort quatre jours (Jean 11). Nous pouvons courir dans le tombeau, nous pouvons le tirer de là, nous pouvons l'arranger, nous pouvons ouvrir ses yeux, mais « il pue » (verset 39). Il a besoin d’entendre la voix du fils de Dieu. Le pécheur est mort dans ses péchés. Nous pouvons courir à lui et dire : « Dites cette prière. »  Il a besoin d’entendre la voix du fils de Dieu. Sinon, il n'y a aucune vie en lui. Et la chose qui éveille l'oreille des pécheurs, pour entendre la voix du fils de Dieu, est la loi. La loi est un maître qui les conduit au Christ, pour qu'ils puissent être justifiés par la foi (Gal. 3:24). La loi fonctionne. Elle convertit l'âme (Ps. 19:7). Elle fait de cette personne une nouvelle créature en Christ. Les choses anciennes sont passées, toutes choses sont devenues nouvelles (2 Cor. 5:17). Trouvez-vous donc un pécheur, et tentez l’expérience sur lui. Mais auparavant, rappelez-vous cette anecdote.

     

    Vous êtes assis sur un avion, en buvant votre café, mangeant un biscuit et en regardant un film. C'est un bon vol, très agréable. Quand soudainement, vous entendez : « Ici votre capitaine. J'ai une annonce importante à faire. La queue de l’avion vient tout juste de tomber, nous sommes sur le point de nous écraser. L’avion chute d’une hauteur de 7 600 mètres. Il y a un parachute sous votre siège. Nous apprécierions si vous le mettiez. Merci de votre attention, et merci de voler avec notre compagnie aérienne. »  Vous dites : « Quoi? 7 600 mètres!? Je suis vraiment heureux de porter ce parachute! » Vous regardez à côté de vous. L’homme assit à côté de vous mange son biscuit, boit son café et regarde le film. Vous lui dites : « Excusez-moi, avez-vous entendu le capitaine? Mettez le parachute tout de suite. »  Il se tourne vers vous et dit : « Oh, je ne pense pas vraiment que le capitaine est sérieux. De plus, je suis tout à fait heureux comme je suis, merci. » Ne vous tournez pas vers lui, avec ardeur et sincérité dans votre voix, en disant « Oh, s'il vous plaît, mettez le parachute. Il sera meilleur que le film. »  Cela ne fait aucun sens. Si vous lui dites, d’une façon ou d'une autre, que le parachute améliorera son vol, il va le mettre pour une mauvaise raison. Si vous voulez qu'il le mette et qu’il le garde, parlez-lui du saut. Vous lui dites : « Excusez-moi, ignorez le capitaine si vous voulez. Mais, sauter sans parachute... SPLASH! » Il dit : « Je suis désolé. Je vous demande pardon. » « Le capitaine a dit que si vous sautez sans parachute, à cause de la loi de la gravité, vous allez faire SPLASH par terre ! »  « Ah! Mon Dieu! Je vois ce que vous dites! Merci beaucoup! » Et aussi longtemps que cette personne sait qu'elle doit passer par la porte de l’avion et faire face aux conséquences d’avoir brisé la loi de la gravité, d’aucune manière n’allez-vous récupérer ce parachute de son dos, parce que sa vie même en dépend.

     

    Si vous regardez autour de vous, vous trouverez une abondance de passagers appréciant le vol. Ils apprécient les plaisirs du péché pendant une saison. Allez à eux et dites leurs : « Excusez-moi. Vous avez entendu les ordres de notre capitaine au sujet du salut? 'Mettez le Seigneur Jésus-Christ.' » Ils se tournent vers vous en disant : « Oh, je ne pense pas vraiment que Dieu veule ça. Dieu est amour. De plus, je suis tout à fait heureux comme je suis, merci. » Ne vous tournez pas vers eux, avec ardeur et sincérité, en disant, « S'il vous plaît, mettez le Seigneur Jésus-Christ. Il vous donnera l'amour, la joie, la paix, la satisfaction et le bonheur durable. Vous avez un vide en forme de Dieu dans votre cœur, dont seulement Dieu peut remplir. Si vous avez un problème de mariage, problème de drogue, problème d'alcool, donnez votre coeur à Jésus. » NON! Vous lui donnerez un faux motif pour son engagement. Au lieu de cela, dites plutôt « Oh, Dieu, donne-moi le courage! » et parlé du saut. Dites simplement « Hé, il est prescrit à l'homme une fois de mourir. Si vous mourez dans vos péchés, Dieu sera forcé de vous donner la justice, et son jugement va être si complet. Chaque mot en l'air qu’un homme a dit sera exposé au jour du jugement. Si vous avez eu des désirs sexuels, vous avez commis l'adultère. Si vous avez détesté quelqu'un, vous avez commis un meurtre. Et Jésus nous a avertis que la justice sera si complète, le poing de la colère éternelle se lèvera contre vous et, BANG!, vous écrasera en poudre. »  Je ne parle pas de la prédication des feux de l'enfer. Celle-ci produira des convertis remplis de crainte. L’emploi de la loi de Dieu produira des convertis remplis de peines et de regrets. Celui-ci vient, mais pourquoi? Parce qu’il veut échapper aux feux de l'enfer. Mais, dans son coeur, il pense que Dieu est dur et injuste, parce que la loi n'a pas été employée pour lui montrer la nature pécheresse excédante du péché. Il ne voit pas l'enfer comme étant justement mérité. Par conséquent, il ne comprend pas la pitié ou la grâce, et, en conséquence, il manque de gratitude envers Dieu pour sa pitié. La gratitude est la motivation principale pour l'évangélisation. Il n’y a aucun zèle, aucune ardeur dans le coeur d'un faux converti pour évangéliser. Il doit venir sachant qu'il a péché contre le ciel. Que l'oeil de Dieu est partout, voyant le bien et le mal. Que Dieu voit l'obscurité comme si elle était lumière pure. Il a vu toutes ses pensées. Si Dieu, dans sa sainteté le jour de la colère, rendait publics tous les péchés secrets de son coeur, tous les gestes faits dans l'obscurité, s'il rendait publiques toutes les preuves de sa culpabilité, Dieu pourrait le percevoir comme quelque chose de malpropre et le jeter dans l'enfer de façons justes. Mais, au lieu de lui donner la justice, il lui a donné la pitié. Il est rempli d’amour envers lui car, tandis qu'il était un pécheur, le Christ est mort pour lui. Il tombe alors sur ses genoux devant cette croix ensanglantée et il dit : « Oh, Dieu, si vous faites cela pour moi, je ferai n'importe quoi pour vous. Je prends plaisir à faire votre volonté, oh, mon Dieu. Votre loi est écrite sur mon coeur. » Et comme l'homme qui a dû passer par la porte de l’avion et faire face aux conséquences d'avoir brisé la loi de la gravité et qui n'enlèverait jamais son parachute parce que sa vie en dépend, ainsi celui qui vient au Sauveur, sachant qu’il doit faire face à un Saint Dieu le jour de la colère, n'abandonnera jamais la justification de Dieu en Jésus-Christ, parce que sa vie même en dépend.

     

    Laissez-moi voir si je peux conclure cet enseignement, car nous arrivons vers la fin. J'étais dans un magasin et le propriétaire du magasin servait un client et employait le nom de Dieu comme blasphème. Si quelqu'un employait le nom de mon épouse comme blasphème ou en sacrant, je serais extrêmement offensé. Le propriétaire employait le nom de Dieu comme un vulgaire mot de malédiction, quand Dieu lui avait donné la vie, ses yeux, la capacité de penser, ses enfants, sa nourriture, et chaque plaisir qu'il a eu lui a été donné par la bonté de Dieu. Et il emploie le nom de Dieu en sacrant. Avec indignation, je me suis tourné vers lui et j’ai dis : « Excusez-moi. Est-ce une réunion religieuse? » Il répond, « Maudis, non! » « Oui, parce que maintenant vous parlez de l'enfer et des gens maudits. Laissez-moi vous donner un exemplaire d’un de mes livres. »  Ainsi, je me suis rendu à ma voiture pour chercher une copie d’un livre que j’ai écrit intitulé Dieu ne croit pas aux athées : Preuves démontrant qu’un athée n’existe pas. C'est un livre qui emploie la logique, l'humour et la raison afin de prouver l'existence de Dieu, que vous pouvez faire en deux minutes sans utiliser la foi. C'est très simple et démontre d'une manière concluante l'existence de Dieu. Ce livre prouve également que l'athée n'existe pas. En effet, voici notre autocollant pour les pare-chocs des voitures. « La journée nationale des athées: le premier avril. »  Je lui ai donc donné ce livre. Deux mois plus tard, j'ai retourné lui donné un autre livre que j'ai écrit intitulé Mes amis meurent! Ce livre est une histoire vraie et passionnante au sujet d’une œuvre évangélique dans la partie la plus meurtrière de Los Angeles. Ce livre emploie également l'humour dans sa présentation. Après lui avoir donné ces livres, il m'a appelé pour me dire ce qui s’était produit. Il m'a dit que son épouse lui jeta continuellement des regards dégoûtants, parce qu’il lisait un livre appelé Mes amis meurent en riant toutes les deux minutes. Il m’a dit que, lorsqu’il nettoyait sa chambre, il a trouvé le livre Dieu ne crois pas aux athées. Il s'est dit « Ah! ». Il l'a ouvert à la première page et a commencé à lire. 260 pages plus tard, il avait lu tout le livre d’un seul coup. Il m’a dit : « C’était étrange, parce que je déteste lire. » Ensuite, il a lu Mes amis meurent! Il a donné sa vie au Christ, il s'est acheté une Bible, il est venu me dire « bonjour », et m'a dit qu'après deux jours d'avoir été chrétien, qu’il était déjà rendu dans sa Bible au livre « Lève-et-pique ». Et je devine qu'il allait lire ensuite les « paumes » et puis Jean. Mais, avant sa conversion, cet homme était un sorcier pratiquant. « La loi du Seigneur est parfaite pour convertir l'âme. »

     

    Lorsque j’ai passé plusieurs années à faire des prédications en plein air, sans utiliser la loi, c’était comme combattre l'ennemi avec le chiffon de plume de l'évangélisme moderne. Et c’est comme si Dieu me regardait et disait : « Que faites-vous? Les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses (2 Cor. 10:4). Voici dix grands canons. » Et quand j'ai aligné les dix canons de la loi de Dieu, les pécheurs cessèrent leurs moqueries. Plutôt, leurs visages devenaient pâles. Ils ont soulevé leurs mains et dis : « Je rends tout! Tout à Jésus, je donne librement! » Ils ne sont jamais venus au côté victorieux pour ensuite devenir des déserteurs. De tels convertis deviennent des gagnants d'âme, pas des réchauffeurs de bancs d’églises, des laboureurs, pas des chômeurs, des actifs, pas des passifs pour l'église locale.

     

    En terminant, avec chaque tête levée, chaque oeil ouvert et aucune musique jouant, laissez-moi vous mettre au défi de vérifier la validité de votre salut. L'évangélisme moderne dit de ne jamais questionner notre salut. La Bible nous dit exactement le contraire. Elle dit : « Examinez-vous vous-même, pour savoir si vous êtes dans la foi » (2 Cor. 13:5). Mieux vaut le faire maintenant qu’au jour du jugement. La Bible dit : « Appliquez-vous d'autant plus à affermir votre vocation et votre élection » (2 Pierre 1:10). Il y en a parmi vous qui savez qu’il y a quelque chose qui n’est vraiment pas correct avec votre vie chrétienne. Vous perdez votre paix et votre joie quand le vol devient désagréable. Vous avez un manque d'ardeur pour l’évangélisation. Vous n'êtes jamais tombés face contre le sol devant Dieu tout-puissant en disant : « J'ai péché contre vous, oh Dieu! Ayez pitié de moi! » Si vous n’avez jamais couru à Jésus-Christ et à son sang pour être nettoyé, dans le désespoir, criez : « Dieu, ait pitié de moi, un pécheur! » Est-ce que vous avez un manque de gratitude. Y a-t-il une absence d’ardeur brûlante pour les gens perdus. Si vous ne pouvez pas dire que vous brûler pour Dieu, en effet, vous êtes en danger d'être un de ceux dont la Bible appelle « tiède », et qui seront jetés hors de la bouche du Christ le jour du jugement (Apoc. 3:16). Quand les multitudes pleureront à Jésus, « Seigneur, Seigneur. », il dira : « Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité » (Mat. 7:22-23). Ces gens n’ont aucun respect pour la loi divine. La Bible dit : « Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu'il s'éloigne de l'iniquité » (2 Tim. 2:19). Donc, aujourd'hui, vous devez rajuster le motif de votre engagement. Mes amis, ne laissez pas votre orgueil vous arrêter. Je voudrais prier pour vous. Je resterai à l’avant, et vous, restez dans votre siège. Si vous voulez être inclus dans cette prière, je voudrais que vous leviez votre main. Si vous pensez « Bon, je devrais lever ma main, mais qu’est-ce que les autres vont penser? ». C'est de la fierté, de l’orgueil. Vous préférez les éloges des hommes aux éloges de Dieu (Jean 12:43). Ceux qui sont fiers du coeur sont une abomination au Seigneur (Prov. 16:5). « Dieu résiste les orgueilleux, mais donne grâce aux humbles. Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève en temps convenable » (1 Pierre 5:5-6). Appelez ça un réengagement. Appelez ça un engagement. Mais peu importe comment vous l’appelez, affirmer votre vocation et votre élection.


    © 2012 BonnePersonne.org